Maltraitances institutionnelles, placements abusifs

Les enfants en situation de handicap, abandonnés au sein des foyers de l’Anras, livrés à eux mêmes, terrorisés, laxisme des instances, mépris des parents.

Le 13 mai 2021.

9h20 c’est l’ascension. 

Ma fille de 14 ans et demi papote à mes côtés. 

Une phrase en entraînant une autre...nos vies vont basculer. 

Déclarations incriminant le père...

J’appelle le 119 pour des conseils, je suis sidérée. 

Ma fille en situation de handicap fréquente un ime , elle y retourne le lundi, elle n’a plus dormi dans son lit depuis. 

J’ai du aller répéter ses propos à la gendarmerie... l’ASE à obtenu un placement des le lendemain, informant le père de l’enquête pénale au mépris des consignes du parquet. 

Mes droits de visites et d’hébergement ont été suspendus pour la "réciprocité "...

On m’accuse de manipulation, d’emprise...sans preuve sur des rapports à charge de l’ASE, le président du conseil départemental informé n’a pas daigné me répondre. 

Quand ma fille exprime son mal-être, elle ment. On lui impose une semaine en colonie dont elle ne voulait pas. 

Elle a du faire sa 1ère rentrée au collège seule, on ne m’accorde que 2h par mois de visite médiatisée,  pas d’appel, pas de courrier...

Le 30 septembre malgré une enquête pénale au point mort, la juge ordonne le maintien du placement jusqu'à l’expertise psychiatrique des deux parents et de l'enfant...ma fille a dit qu'elle voulait rentrer chez elle ,qu’elle a peur à la Mecs, elle "va s’y faire " disent l’ASE et l’anras. On va lui imposer un week-end chez les grands parents paternel malgré son refus. 

Elle a eu 15 ans, sans fête d’anniversaire, sans tendresse. Elle ne voit pas la fin de cette mesure, elle ne la comprend pas, elle maigrit, ne prend plus soins d'elle. 

Personne ne reconnaît la violence de ce qu’il lui a été imposé. 

Je dois accepter, travailler sur moi, me remettre en question : devais je être complice, baisser la tête et dire ce n’est pas grave ? Pardon je n’avais pas le choix, je voulais juste protéger ma fille...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.