Les petits déjeuners du ROI ou la normalité

 

https://youtu.be/vkeByl3RroA

 

On pourrait écrire un livre sur les violences commises par l’état créateur de dindons et moutons :


-Terrassement psychologique de l’enfant par la compétition scolaire

- Refus d’aménagement d’examens scolaires pour les jeunes en situation de handicap

- Enfermement des enfants autistes, tel un produit non conforme qu’on jette au rebut

- Jugement arbitraire des capacités intellectuelles de l’enfant

- Formation des enseignants à la poterie plutôt qu’à la psychologie infantile

- Temps de travail scolaire et extra scolaire harassant

- Non prise en compte des aspirations et capacités de l’enfant dans les apprentissages

- Jugement  de valeur arbitraire de l’enfant

- Harcèlement de l’enfant en difficulté

- Punition de l’enfant pour des résultats non conformes à la norme

- Dénigrement de l’enfant suffisamment intelligent pour préférer œuvrer de ses mains

- Étouffement des appels de détresse de l’enfant


- etc etc...

La liste interminable des tortures commises sur l’enfant « différent » ne pourrait se résumer en quelque mots.

Alors le petit déjeuner à l’école que veut instaurer notre ROI coq, nouvelle aumône aux pauvres visant à les maintenir dans un état de soumission, n’est, à mon sens qu’une nouvelle façon de mettre un pansement sur une plaie purulente. Peut être que réduire les trop nombreuses heures de cours, et l’arrêt de l’exploitation du travailleur, permettraient de réduire les inégalités, de laisser les enfants s’épanouir, d’abaisser les tensions et l’agressivité à l’école.

Messieurs les décideurs illégitimes de par leurs incompétences, à la tête des ministères , au lieu de vouloir moutonniser nos enfants dès l’âge de trois ans, allez donc voir ce qui se passe partout ailleurs en Europe quant aux rythmes scolaires, reconnaissance de l’individu et du handicap (visible ou non), formation de l’enseignant, réussite scolaire.

Et peut être que la réussite dans l’épanouissement personnel remplacera le bas niveau de l’éducation nationale, en queue de peloton européen. Cessez de vous pavaner avec vos réformes aussi inutiles qu’abjectes et allez voir le niveau d’instruction hors de nos frontières.

Votre ego et votre appétence pour le pouvoir, la futile trace que vous laisserez dans l’histoire et votre gargantuesque soif de posséder sont des armes de destruction massive.

L’enfant devant le mur, tel un condamné devant le peloton d’exécution, terrorisé par l’arme qui le met en joue et non en joug, n'est pas un jouet ou un cobaye de laboratoire. Il est un individu à part entière, doué de faculté bien plus humaines que les vôtres.

Vous êtes des assassins du développement personnel au profit des esclavagistes industriels en besoin de main d’œuvre docile, ayant une faible estime d’elle-même, admirative devant la réussite de son tortionnaire, voire de son bourreau si on prend en compte les trop nombreuses morts directement ou indirectement liées aux conditions de traitement des salariés.

Au lieu de vous offusquer de l’antiphrase scandée aux forces à vos ordres par une trentaine de combattants pour la justice, les invitant au suicide, slogan visant à faire réfléchir les âmes robotisées sur le sort des défenseurs desdits puissants, vous feriez mieux de faire preuve de charité pour les milliers d’âmes pures, enfants en souffrance, non pas de leur handicap, mais du sort que vous leurs réservez.

Etres cupides, abjectes déchets de notre société, tueurs en série de vos contemporains, le temps est proche où vous devrez répondre de vos actes.

Allons enfants de la patrie, votre jour de gloire va arriver, contre vous cette tyrannie et leur étendard sanglant va tomber, ennemis du peuple rendez sceptres et couronnes au peuple soit-disant souverain, cessez de vous croire supérieurs et indispensables, l'intelligence du coeur vaincra votre intellectualité financière .

L’ennemi cette fois est à Paris et c’est Votre Défense qui va tomber.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.