Lionel Schwartz
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 févr. 2019

Frais d’inscription des étudiants étrangers: lettre ouverte à Cédric Villani

La décision d’augmentation des frais d'inscription des étudiants étrangers est critiquée à plusieurs titres. Elle témoigne d’une méconnaissance profonde de la part des décideurs de ce qu’est la coopération entre les Universités, le CNRS et des institutions étrangères. Elle met en péril des coopérations, fruit d’un travail de fond, qui ont apporté beaucoup à la recherche française.

Lionel Schwartz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A Monsieur Cédric Villani

Député de la  5-ème circonscription de l’Essonne

 Le 08/02/2019

Monsieur le député et cher collègue

Le premier ministre a annoncé le 19/11/2018 son intention d’augmenter les frais d’inscription des étudiants étrangers en France. La finalité annoncée serait d’améliorer la qualité de l’accueil et le nombre d’étudiants étrangers accueillis en France.  Cette annonce n’a été précédée d’aucune concertation ni réflexion quant à ses conséquences.

 Nous sommes (signataires de cette lettre) impliqué.e.s depuis 15 à 20 ans dans la coopération avec le Vietnam, pour trois d’entre nous également dans celle avec l’Afrique sub-sahélienne. Nous souhaitons vous faire part de nos interrogations. 

 Cette mesure est profondément blessante  pour les étudiants étrangers en France, ceci est abondamment relayé sur les réseaux sociaux. Il faut prendre le temps de comparer à la situation dans d’autres pays, en voici trois exemples éclairants :

 En Belgique (communauté française) les étudiants d’une liste  (établie par l’ONU) de 42 pays en voie de développement sont dispensés de frais supplémentaires, à cette liste la communauté française ajoute une liste de 11pays. Cela couvre en particulier (mais pas uniquement) les pays d’Afrique francophone.

 Au Québec, l’UQAM, (Montréal), a renoncé à surtaxer les doctorants étrangers. En effet la surtaxe a abouti  à une baisse du nombre de  ceux-ci, qui a eu pour effet un fléchissement du nombre des contrats de recherches (**).

 Les montants annoncés sont nettement supérieurs à ceux pratiqués, pour un même cursus à l’ETH à Zurich ou à l’EPFL à Lausanne (comptant évidemment pour ces deux structures frais d’inscription + frais de scolarité).

 Ces exemples montrent que la décision a été prise sans qu’il y ait de réflexion sérieuse, et à mille lieux de la réalité du terrain.

Par ailleurs, et nous avons pu le constater au Vietnam, les dégâts faits par cette annonce sont déjà lourds. Les étudiants ne retiennent certainement pas le « Bienvenue en France » qui leur paraît au mieux ironique voire de mauvais goût, ils retiennent le coût des études et la manière expéditive  dont ceci est annoncé.  Même si on leur dit qu’il y des solutions, elles sont par trop incertaines et induisent de nouvelles complexités administratives.

La coopération universitaire franco-vietnamienne à une longue histoire que vous connaissez. En mathématiques  vous avez pu constater de vous même à Hanoi l’enthousiasme des lycéens vietnamiens, cette coopération est le fruit d’un travail long et patient. Il en a résulté un nombre de thèses conséquents que vous pouvez trouver sur 

 https://formath.math.cnrs.fr/index.php/fr/liafv/theses

 Les étudiants sortis de cette filière sont enseignants au Vietnam, en France, ailleurs ; nombreux sont ceux dans le secteur privé, au Vietnam, en France, ou ailleurs. Ils sont la base de la coopération future. C’est toute cette histoire qui risque de s’interrompre brutalement, son futur qui est hypothéqué.

 Monsieur le Député,  croyez-vous que sans cette coopération, Ngo Bao Chau serait venu faire sa thèse en France?

 De manière plus générale il est à craindre que le recrutement de beaucoup d’écoles doctorales soit lourdement impacté, tant dans l’attribution des allocations de recherches, que dans l’accueil de boursiers étrangers. Cela nuira à la recherche en France.

 Monsieur le Député, vous avez su prendre des initiatives courageuses récemment, preuve de votre indépendance d’esprit. Nous souhaitons vivement que vous fassiez de même dans ce cas, en soutenant publiquement l’action de vos collègues et en prenant vos distances avec ce projet de décret, comme ont déjà su le faire des membres de votre groupe parlementaire.

Nous vous demandons d’intervenir afin qu’un moratoire quant à l‘application de cette mesure –comme le demande la conférence des Présidents d’Université- soit décidé. De très grandes universités (Paris Sud, Strasbourg, Marseille,…), ayant une forte expérience de la coopération internationale, l’ont déjà fait à leur niveau. Elles sont bien au fait des risques graves que comporte une telle mesure, prise sans concertation et dans la précipitation. Une discussion sérieuse doit avoir lieu et ne peut être improvisée à quelques semaines du début des inscriptions.

 Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Députéet cher collègue,l'expression de notre haute considération.

 Laurence Halpern, Professeure à l'Université Paris 13

Michel Zinsmeister, Professeur à l'Université d'Orléans, ancien responsable du master de mathématiques appliquées Ho Chi Minh Ville, Orléans-Tours-Paris13

Lionel Schwartz, Professeur émérite à l'Université Paris 13, ancien responsable du LIA CNRS Formath Vietnam

Annick Suzor-Weiner, Professeure émérite et  ancienne Vice-Présidente RI l’Université Paris-Sud, présidente du Comité pour la Coopération scientifique et technique avec le Vietnam (2003-2013)

(*) Voir communiqué de la CPU. Du 10/12/2018, repris en Janvier.

http://www.cpu.fr/actualite/communique-du-conseil-dadministration-de-la-cpu-etudiants-internationaux-il-est-urgent-douvrir-la-concertation/

 (**) Dans l’attribution des contrats  il est tenu compte du nombre potentiel de doctorants.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours