Gouverner c'est déprogrammer ? Tentative de dire entre maus et mots des technos

Que se passe-t'il quand on conçoit que gouverner c'est parler, incarner (seul) et laisser faire la main invisible du marché... et qu'on butte sur le réel ?

Gouverner, c’est comme faire du bateau : savoir mener sa barque sur un lac par temps calme ne qualifie pas pour prendre la haute mer.
Gouverner ce n’est pas : 1) ne se placer que sur le plan de l’imaginaire : le discours exalté, la communication politique, le bouc émissaire (islamo-gauchiste-jeune-khmervert-giletjaune) et 2) penser que tout va s’arranger pour peu qu’on ne fasse rien – « la main invisible du marché ».

Les hôpitaux sont appelés à « déprogrammer » dans des régions entières et massivement. Concrètement, il s’agit là d’une première étape de tri des malades. Mais… ça veut dire quoi ? Comment en percevoir les conséquences ?

Elle est médecin, grand-mère et lutte depuis des années pour juguler trois crabes. Ca reflambe, elle souffre et elle doit aller à l’hôpital pour un traitement et des interventions. La solitude et la douleur sont ses plus proches compagnes. Elle est chère à mon coeur. Chaque rendez-vous est signe d’espoir et promesse de souffrance, de solitude, de complications, d’angoisse. Elle a la lucidité et le bagage pour savoir, pour comprendre ce qui se passe et anticiper.

Elle me dit , avec cette lucidité née de l’articulation entre savoir et pensée qui opère pour ceux traitent l’anxiété en tentant de déchiffrer le réel.

Elle me dit quand c’est possible : dans ce laps entre douleur trop aïgue et sédation qui supprime la douleur mais aussi le rapport à soi, à sa propre pensée

Elle me dit, donc : les vieux et les malades chroniques qu’on va abandonner.

 

Elle me dit et mois j’entends notre lâcheté à faire comme si tout ne craquait pas déjà.

 

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/10/27/covid-19-les-hopitaux-entrent-en-zone-de-forte-turbulence_6057472_3244.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.