Permis de conduire : les méthodes perfides de la Direction de la Sécurité Routière

Des méthodes peu orthodoxes au ministère de l'intérieur sous couvert de sécurité routière ...

Dès 2015, lors de la loi dite Macron, la Direction de la Sécurité Routière (DSR) entame le processus de destruction de l’éducation routière au profit de la répression.

Ces nouveaux commerciaux de l’état, décident alors, de baisser le niveau de compétences des futurs conducteurs et d’augmenter le nombre de contrôles routiers. Il s’en suit de nombreuses mesures favorisant l’obtention du permis de conduire « dans une pochette surprise »....

Favoriser l’apprentissage seul, baisser le niveau du code de la route, limiter le contrôle pédagogique des enseignants, promouvoir l’enseignement low cost, leurrer les futurs conducteurs sur les possibilités de baisses de prix des formations, dénigrer l’apprentissage de proximité, valoriser des systèmes et pédagogies d’autres temps...

En parallèle, sous couvert de chiffres souvent manipulés et en prétextant l’amélioration de la sécurité routière le processus de ponction économique du conducteur est engagé .... Augmentation du nombre de radars, baisse de niveau de gravité de l’infraction conduite sans permis, limitation de la vitesse à 80 km/h....

Puisque la population de France ne consent plus à l’impôt, il faut le prélever grâce à l’infraction, telle est la nouvelle doctrine du business plan Direction de la Sécurité Routière (DSR).

Afin de sacrifier une fois pour toute l’apprentissage des comportements routiers sûrs, la Direction de la Sécurité Routière (DSR) décide, durant les ponts du mois de mai de transformer la réglementation afin de vider de son sens le label qualité des écoles de conduite.

Une méthode de changement de réglementation perfide, cachée aux professionnels, sans aucune concertation, une fourberie indigne de la démocratie.

Des objectifs justifiés par une « fausse discrimination positive ». Là où une réflexion sur l’accès au permis de conduire est nécessaire (véritable discrimination positive: rendre le permis accessible à tous en utilisant l'argent des radars et le compte personnel formation des parents dont l'argent est  collecté par l'URSSAF et utilisé aujourd'hui qu'a moins de 0.5%). Les pouvoirs publics préfèrent diminuer les niveaux des formations et examens pour leurrer la population avec des prix d’appel n’ayant qu’un intérêt électoraliste.

Un permis de conduire transformé en permis de payer, mais surtout, en permis de tuer.

Bienvenue dans un monde, où l’être humain n’a qu’une valeur pécuniaire, bienvenue dans un monde ou l’état favorise l’incompétence pour rembourser les dettes, bienvenue dans la gouvernance disruptive.

Lorenzo LEFEBVRE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.