Reformes du permis de conduire d’échecs en échec programmé ?

L’Agence National des Titres Sécurisés (ANTS), plateforme de service public en charge notamment de la gestion des inscriptions au permis de conduire et de la constitution du titre du  permis de conduire après obtention, née en 2017, avait pour objectif de répondre à la mise en place du Plan Préfecture Nouvelle Génération (PPNG), c’est à dire réduire le nombre de fonctionnaires actifs en gardant la qualité du service public de proximité.

Une idée  alléchante pour l’état, l’Homme remplacé  par une logistique numérique avec un service public équivalent.

Rapidement, le bienfaiteur numérique pronostiqué comme le Messi, devint le Belzebuth des usagers et futurs usagers.

Une plateforme numérique d’une complexité inouïe: plus de 200 000 dossiers  en souffrance, des jeunes ne pouvant pas s’assurer sans le titre en main , des catégories de permis données sans examen ....

Grâce aux  écoles de conduite  de proximité, la descente aux enfers c’est arrêtée au purgatoire. Elles ont pris à leur charge le service public et deviennent les entremetteuses bénévoles de l’administration avec les citoyens.

Sans même faire le bilan de la plateforme numérique ANTS, Mme Dumas députée LREM en charge du rapport parlementaire sur le permis de conduire, propose une autre plateforme numérique « au service » des futurs candidats à l’examen du permis de conduire « facilitant » l’inscription à celui ci .

Cette plateforme, à fort investissement public, a pour principal but de remplacer 300 fonctionnaires mobilisés à cette tâche avec humanité...

Sans être devin, ni mauvaise langue, alors que l’exécutif souhaite baisser de 30% le prix du permis de conduire, il serait légitime, de supputer, une tâche supplémentaire, à l’horizon, pour les écoles de conduite de proximité, celle de gérer cette nouvelle plateforme....

Pendant ce temps, Mme Dumas fait la part belle aux écoles de conduite en ligne, (plateforme numérique de travail précaire dispensant des formations sans aucune humanité aux résultats désastreux mais aux investisseurs influents) en militant pour un agrément d’exploitation national qui leur permettra d’exercer sans aucun contrôle : la contagion de l’incompétence rentable....

Agrément national qui fera disparaître une partie de nos écoles de conduite de proximité qui  se chargent du service après vente des plateformes de service public ...

A l’heure de l’acte 2, durant lequel le président et le premier ministre veulent remettre l’humain au centre des choix politiques, les députés de la majorité semblent être en décalage total avec leurs chefs.

La course au numérique devient un moyen de propagande pour ces députés effrayés d’être qualifiés de « has been ».

La construction de plateformes d’état inefficaces extrêmement coûteuses pour le contribuable sert maintenant  d’affiche électorale.

Les sociétés privées de création et gestion de plateformes qui leurrent les élus  en leur promettant de la rentabilité et du service sont les grandes gagnantes de cette course au pouvoir ....

Le contribuable comme d’habitude reste le grand perdant! 

Un jour peut-être, les décideurs comprendront que le numérique n’est qu’un outil au service de la nature humaine, et non une solution économique de remplacement de l’Être Humain ...

 

Lorenzo LEFEBVRE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.