Le martinet, annonciateur des beaux jours

Ils sont arrivés, Ils sont de retour dans notre Poitou... Les martinets. Un premier cri strident dans le ciel nous a alertés, suivi peu après du vol de quelques individus en patrouille au dessus du village comme pour repérer leurs nichoirs de l'année précédente dans les alvéoles des vieux toits des maisons. Il n'est pas si loin ce temps, peu d'années, où si nombreux et en vols serrés par beau temps, ils sillonnaient bruyamment le ciel bleu chassant les insectes. Plus que tout autre migrateur, sa présence de mai à juillet nous redevient vite familière par les beaux jours, particulièrement le soir quand après leur rase-mottes ils disparaissent dans le haut du ciel pour passer la nuit. Dès les premiers jours de l'été, ils se rapprochent de nous et deviennent plus silencieux virevoltant à l'approche des toits avant de s'engouffrer sous les tuiles pour gaver leurs oisillons. Le jour de leur départ, ils se rassemblent en folles farandoles puis disparaissent d'un seul envol nous laissant que des regrets.

Restons attentifs à continuer à observer les différents épisodes de leur migration dans notre hémisphère nord lieu de leur reproduction car nous ne pouvons que craindre leur disparition faute de trouver en abondance suffisante les insectes dont ils se nourrissent, et cela de la faute des hommes pour leur peu de respect de la protection de notre environnement, usant et abusant de l'emploi des pesticides. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.