Un Président déprécié

Dans son allocution à l'Elysée de près d'une demie heure, Emmanuel Macron a changé de ton pour la forme, mais pour le fond il ne s'est pas démarqué de sa démarche autocratique reposant sur sa volonté de décider de tout. Il a voulu rassembler les Français faisant preuve d'humilité pour remercier en notre nom à tous le personnel soignant et les enseignants pour leur dévouement, ce qui ne mange pas de pain. Il a même reconnu des erreurs dans la gestion de la crise sanitaire au premier rang desquelles nos retards dans la vaccination et plus généralement notre manque d'anticipation. À cet effet, il a su remplacer son " je" par "nous" comme pour nous associer à ses erreurs dans sa gestion de la crise. 

Comme l'a souligné le lendemain le chroniqueur des matins de France Culture, le chef de l'Etat dans son discours a mis de côté bien des sujets au premier rang desquels j'en ai retenu deux. Si Emmanuel Macron entrevoit le bout du tunnel pour la pandémie grâce à l'accélération de la vaccination, il ne nous a pas dit comment il allait relancer l'économie. En effet, le plan de relance doté de 100milliards d'euros est en panne depuis que la Cour constitutionnelle de Karlsruhe a demandé l'arrêt de la ratification du plan européen de relance par l'Allemagne. L'issue de la démarche n'est pas pour demain. Lui qui prétend relever tous les défis, ne nous a pas donné les raisons pour lesquelles la France était absente dans la course aux vaccins contre le Covid 19, alors que notre champion Sanofi fait partie du top 10 de l'industrie pharmaceutique dans le monde. En effet, comment peut-il justifier de ne pas avoir pris l'initiative dès l'apparition du virus, de subventionner la recherche pharmaceutique dans son pays comme l'administration sous Trump aux États-Unis a su le faire avec un soutien immédiat de 11 milliards de dollars avec le succès que l'on sait. Autrefois leader mondial des vaccins, Sanofi est aujourd'hui à la recherche d'autres centres de profits auxquels allouer ses budgets de recherche et nul doute qu'un soutien financier de l'Etat l'aurait motivé pour s'investir dans la recherche d'un vaccin contre ce virus. Il lui revenait aussi d'expliquer l'échec de Pasteur Mérieux dans la mise au point d'un vaccin. Rappelons le succès de l'Allemagne avec le labo Biotech associé à l'américain Pfizer, et du Royaume-Uni avec le vaccin de l'Université d'Oxford.

La conclusion qu'il reste à tirer de l'allocution télévisée d' Emmanuel Macron est que le roi est nu et doit songer à se rhabiller avant de prendre la sortie en 2022.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.