Laïcité, conquête de la République

Le polémiste Eric Zemmour dans une diatribe raciste prônait le retour à la France éternelle dont les origines remontent au catholicisme. Comment oublier dans ce retour aux sources, l'historien Marc Bloch qui opposait aux français qui vibraient au souvenir du sacre de Reims, les français qui lisaient avec émotion le récit de la fête de la Fédération. La Révolution de Robespierre à Jaurès et Clemenceau a libéré le peuple de l'oppression des religions en lui ouvrant les portes de la laïcité. L'emprise de l'Eglise depuis plus d'un millénaire grâce au maillage de nos campagnes et de nos villes avec ses paroisses et ses clochers pour perpétuer l'obscurantisme de la religion et asservir surtout le petit peuple a pris fin au tournant de ce vingtième siècle. Aujourd'hui les églises se sont vidées de leurs paroissiens et de leurs curés. Seule subsiste encore une hiérarchie de prélats le plus souvent arrogante et plus proche des grands que des déshérités et dont les chasubles non rien à envier aux djellabas des imams.

La séquence des offices religieux qui ont accompagné le cérémonial des obsèques de Jacques Chirac n'est qu'un avatar d'une 5ème République oublieuse de la loi de 1905 de séparation de l'Eglise et de l'Etat. La bonne société de Jacques Chirac a oublié que le fondateur de cette 5ème République, Charles de Gaulle fidèle des offices religieux en avait fait une affaire personnelle et privée, loin de toute publicité électoraliste.

Eric Zemmour d'origine algérienne n'a vraisemblablement pas eu dans sa famille des morts pour la France en 1916 à Verdun, sinon il aurait vu  sur les monuments aux morts  de cette héroïque bataille que les prénoms de Mohamed étaient plus nombreux que ceux de Marcel et Maurice. Qu'Eric Zemmour qui hurle sa haine des musulmans bien intégrés chez nous, jusqu'à vouloir les rejeter à la mer, ait la décence de s'incliner devant la mémoire de ces hommes  du Maghreb venus défendre la France de la Révolution et sa devise Liberté, Egalité, Fraternité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.