Macron tel qu'en lui même

Un journaliste de la vieille école, écouté et respecté car soutien de Macron avec mesure, s'est laissé aller pour dire que l'homme était un sacré comédien. Au delà de ses gesticulations et de son élan de compassion sur téléprompteur pour les Français en détresse, Macron est resté tel qu'en lui-même. Il veut tout le pouvoir pour lui seul et vient de congédier un Premier ministre fidèle entre tous, qui plus populaire lui faisait de l'ombre. Pour le remplacer, il est allé chercher un pyrénéen, haut fonctionnaire, au langage moins châtié, moins ampoulé pour mieux passer dans les chaumières, et qui pour programme se revendique du gaullisme social. 

Sa réforme des retraites a été le marqueur de la série des échecs de sa présidence. L'opinion dans son ensemble a cru que la réforme mise à l'épreuve de la crise sanitaire, était tombée dans les oubliettes. Mais non, Macron se réinvente en recherchant un nouveau mode d'emploi pour faire passer sa réforme à points quitte à relancer les conflits sociaux et à menacer l'ordre républicain. Cette fois, il a contre lui les 3 grands syndicats qui refusent de dialoguer tant l'urgence pour eux est dans la recherche de solutions pour sauver l'emploi menacé de toutes parts par l'effondrement de pans entiers des activités du pays.

Et pourtant contre toute attente, Macron est toujours présent sur le marché de l'emploi pour la présidence car l'opposition républicaine est dispersée et le modèle pour la protection de l'environnement proposé par les écologiques n'est pas prêt pour affronter une crise économique de cette ampleur. Mais à trop vouloir rester lui-même, Macron ne fait que précipiter sa chute et sa succession est ouverte pour le meilleur ou le pire. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.