La France en mal de Plan

Avec la fin de sa paysannerie la France des Trente Glorieuses issue de la réalisation du Plan élaboré dès 1946 par d'éminents serviteurs de l'Etat n'a pas connu pour lui succéder de relai de croissance. Il s'en est suivi la désindustrialisation de notre pays avec un reliquat à  12,5% du PIB. L'illusion de la modernisation de notre pays a été entretenue par sa nucléarisation avec la mise en service de 1977 à 1999 de 58 réacteurs de deuxième génération assurant ainsi son indépendance énergétique. Aujourd'hui l'avenir du nucléaire n'est plus assuré avec l'échec de la construction des réacteurs de 3ème génération destinés à assurer la relève du parc existant. Rappelons que cette industrie du nucléaire est porteuse de 200000 emplois directs et indirects. Résultat entre autres de sa désindustrialisation, la France s'est appauvrie et compte 7 millions de chômeurs. Jusqu'ici le nouveau président de la République élu sur le champ de ruines des prétentions des anciens partis politiques n'a trouvé qu'un seul remède , la révision du contrat social afin de rendre plus compétitives les termes de l'offre. La France a besoin d'un nouveau Plan comme celui de cet après-guerre avec pour priorité l'investissement dans la production industrielle. L'annonce de la nationalisation des chantiers navals de Saint-Nazaire peut-elle laisser espérer de ce nouveau gouvernement l'amorce d'une nouvelle politique permettant de rattraper notre retard par rapport aux autres grands pays d'Europe?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.