Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

353 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 nov. 2021

La République sur le reculoir

Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Monde vient de publier une tribune intitulée Zemmour fossoyeur de la République. Les arguments étayant cette thèse sont incontournables. Zemmour se veut proche de Pétain comme de De Gaulle, Pétain qui a demandé et obtenu les pleins pouvoirs de la Chambre des députés le 10 juillet 1940 et de Gaulle qui a mis fin à la 4ème République rappelé au pouvoir en 1958 par un coup de force des généraux en Algérie. Zemmour le polémiste révisionniste tel qu'il est reçu par l'opinion bénéficie du soutien de médias, chaînes de télévision en continu en tête aux mains d'une branche du capitalisme nourri d'un passé maurassien d'un autre temps. L'homme est devenu populaire car ses diatribes racistes contre les immigrants de l'autre rive de la Méditerranée tiennent lieu de refouloir à cette France d'en bas acceptant difficilement cette vie communautaire.

Sorti de l'ombre bien avant Zemmour grâce à la protection et l'imprudence d'un François Hollande, Emmanuel Macron fut élu triomphalement et plus que tout autre avant lui fit de sa fonction présidentielle le centre d'un pouvoir personnel. Il passa ainsi au dessus des corps constitués pour débattre directement avec un groupuscule d' électeurs tirés au sort. L'exemple de la Convention citoyenne pour le climat démontra les limites d'une telle consultation qui ne fut pour l'essentiel qu'un miroir aux alouettes.

Plus que tout autre pays en Europe, le pouvoir en France à la folie des sondages. A cinq mois de l'échéance des élections présidentielles, ces sondages donnent Macron gagnant. Comme le succès attire les ambitieux, il n'aura pas de peine à retrouver sa majorité à la Chambre des députés, façon comme une autre de détenir et d'exercer les pleins pouvoirs. L'homme finalement dans l'exercice de son second mandat peut devenir aussi dangereux que Zemmour pour la République menacée ainsi dans ses fondements hérités de la 3ème République tombée déjà sous les coups de butoir de l'extrême droite raciste et antisémite et dont la rumeur prétendit que son action était l'œuvre d'une cagoule anti républicaine. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo