La France et son nucléaire, imprévoyance et irresponsabilité

La France dispose du 2ème parc de centrales nucléaires dans le monde derrière les Etats Unis avec 58 réacteurs dont les premiers ont été mis en service à partir de 1977. La France a mis au point son armement nucléaire en procédant à une campagne d'essais conduits de 1960 à 1966 dans le Sahara algérien.

S'agissant de nos centrales, de plus en plus de voix s'élèvent à commencer dans les milieux environnementaux pour se préoccuper des problèmes posés par la mise en sureté des déchets radioactifs résultant de l'exploitation de notre parc de centrales, problème posé avec la même acuité pour les centrales du futur.La durée de vie des réacteurs des centrales actuelles est de 40 ans susceptible d'être prolongée au delà. l'Andra, Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs,fera face à des millions de tonnes de déchets issus de la production d'électricité des réacteurs puis de leur démantèlement au terme de leur durée de vie. Il en résultera des millions de tonnes de déchets, matériaux de construction inclus de faible et moyenne radioactivité pour une période de plusieurs siècles. Ils sont et seront enfouis dans des caissons sur plusieurs centaines d'hectares et dans différents sites. Dans cette masse de déchets,3% sont recensés être de haute radioactivité pour l'éternité. Ils concentrent près de 100% de la radioactivité totale des déchets. Comment les mettre à l'abri et en sécurité pour éviter que dans la vie future de notre planète, ils puissent irradier Hommes, faune, végétation et nappes phréatiques? Cette interrogation connait son moment de vérité aujourd'hui alors que les premières centrales construites seront démantelées dans les années qui viennent. La moins mauvaise solution envisagée est l'enfouissement de ces derniers préalablement bien isolé à 500m de profondeur dans le site argileux de Bure, Meuse. Cet emplacement est violemment contesté par les riverains et les défenseurs de l'environnement.Apparemment,les technocrates du nucléaire souhaitent passer en force avec le soutien de l'Etat et de ses forces de L'ordre.

Comment en est-on arrivé là en se lançant dans l'exploitation du nucléaire à des fins civiles avant de disposer d'une solution acceptable par tous pour la disposition de ces déchets? Il faut donc dénoncer l'imprévoyance et l'irresponsabilité des technocrates du nucléaire!

Abordons maintenant le sujet des  essais nucléaires conduits par la France gaullienne au Sahara avec des séquelles incalculables pour les problèmes de santé liés aux retombées radioactives dont on été victimes le personnel civil et militaire exposé à ces essais, ainsi que les populations sahariennes, nomades et sédentaires sur de vastes territoires jusqu'aux confins des frontières de l'Algérie et au delà, Libye, Mali et Niger. La catastrophe de l'essai Béryl survenue le 1er mai 1962 a particulièrement touché la population touaregs du Hoggar. Conformément aux accords d'Evian du 18 mars 1962, la France gaullienne a quitté ce territoire en rapatriant son personnel et abandonnant à leur sort d'irradiées les populations sahariennes. Elles ne feront l'objet ainsi que les rapatriés, d'aucun suivi médical approprié et d'indemnisations entièrement justifiées. Il s'agit là d'imprévoyance coupable et d'irresponsabilité pour notre pays qui revendiquent des valeurs humanitaires et universelles!

Près de 8 ans après l'accident fatal de Fukushima l'ASN, Autorité de sureté nucléaire vient de rappeler qu'aucun pays exploitant le nucléaire n'est à l'abri d'un tel accident y compris la France. Les français ignorent tout des plans qui seraient mis en œuvre pour évacuer les riverains d'un site concerné par un tel accident ainsi que les cercles des populations plus éloignées et jusqu'où.

Sont-ils même avertis des risques qu'ils courent? Faut-il encore la dénoncer l'imprévoyance et l'irresponsabilité des thuriféraires du nucléaire civil!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.