Vive la République

La Révolution française a tranché le lien entre la monarchie et le peuple. Soutenir aujourd'hui que l'assentiment d'une majorité qualifiée de français au couronnement d'Emmanuel Macron relève de leur attachement immémorial à la royauté est une contre vérité. En 1958, un de Gaulle aristocrate en uniforme, s'est servi de la guerre d'Algérie pour s'emparer du pouvoir en fondant la 5ème République avec un régime présidentiel. Pour les plus anciens, nous savons comment cela s'est terminé par les barricades de mai 1968 qui heureusement ne firent pas de victimes grâce au préfet de police de Paris Maurice Grimaud qui passa ses nuits sur les barricades avec le service d'ordre pour éviter tout dérapage. Pendant ce temps le président de la République se réfugia un temps en Allemagne auprès du général Massu qui après avoir participé à la libération de la France en 1944 a couvert sous son commandement la torture pendant la guerre d'Algérie. C'est sur ce sombre échec que de Gaulle s'en remettant au vote des français dut quitter le pouvoir quelques mois après. Aucun de ses successeurs ne remit en cause les pleins pouvoirs hérités de la constitution de De Gaulle. Les français ne pouvaient que subir les présidents imposés par les suites de la guerre d'Algérie. Valérie Giscard d'Estaing s'est complu dans son rôle de monarque républicain. François Mitterrand présida au mépris de son passé vichyssois, de son adhésion comme ministre de l'Intérieur aux tueries de la guerre d'Algérie au nom d'un parti socialiste renégat. S'en suivit la présidence d'un Jacques Chirac qui ne fut et resta qu'un chef de parti sans envergure au nom d'un héritage Gaulliste. Lui succéda un Nicolas Sarkozy dont le sort est désormais aux mains des juges. La présidence de François Hollande acheva de ruiner les idéaux du parti socialiste. Cette 5ème République a donné aux Français le spectacle de l'enlisement de la République née de la Révolution. Souhaitons que dans l'imagination des français, lors de sa montée au Capitole, le cocher d'Emmanuel Macron lui ait montré la roche Tarpéienne, et de fait l'actuel président de la République issu de rien sur le plan politique mais trônant sans partage à la tête du pays connaîtra assez vite un rejet des français par manque de résultats. Il reviendra alors à la classe politique d'instaurer une 6ème République en redonnant les pleins pouvoirs aux chambres, parlement et sénat, pour le redressement de l'économie et la place de la France dans le monde.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.