L'ombre de Maurice Audin

La disparition de Josette Audin épouse de Maurice Audin a fait l'objet d'un hommage de l'Algérie en souvenir du défenseur de son indépendance. Geste inhabituel d'un pays dont les relations avec la France dues à la colonisation demeurent marquées par les séquelles de la guerre de libération. Josette et Maurice Audin étaient des militants communistes, universitaires  reconnus pour leur travaux, résidant en Algérie. Dès le début de la guerre d'Algérie, ils manifestèrent leur soutien indéfectible à la cause du peuple algérien  revendiquant son indépendance. Maurice Audin fut torturé et assassiné en 1957 par l'armée française qui ne permit même pas à sa famille de lui trouver une sépulture. L'ombre de Maurice Audin ternit la mémoire de ces généraux  célébrés pour leurs faits  d'armes dans la France en guerre mais qui conduisirent la guerre d'Algérie en couvrant de leur autorité la pratique de la torture sur leurs prisonniers. La liste de ces généraux s'égrène  de Massu, Bigeard, à Aussaresses et autres. Cet Aussaresses qui au seuil de sa vie, d'une voix chevrotante de vieillard confessa sans remord que Maurice Audin avait été tué à coups de couteaux pour laisser croire que c'était l’œuvre des arabes. Oui, Aussaresses a dit arabes pour ne pas dire algériens par mépris. Si plus tard Massu a dit "on aurait pu procéder autrement qu'avec la torture," ce propos n'excuse en rien les exactions commises.

 Si Macron, président de la République, bien conseillé cette fois, fit le geste de rendre visite à Josette Audin pour lui présenter les excuses de la France pour le crime d'Etat dont fut victime son mari, il ne fit pas preuve du même élan à l'annonce de sa disparition.

 Ces communistes dont faisait partie le couple Audin, nous les retrouverons en 1962 manifestant à Charonne contre la menace que faisait peser sur l'existence même de la République Salan et sa clique au nom de l'Algérie française. Ces mêmes manifestants défenseurs de nos libertés furent l'objet d'une répression inique des forces de l'ordre dont la violence firent plusieurs victimes. C'est cette violence que nous retrouvons aujourd'hui dans la répression des gilets jaunes et non plus des communistes dont Macron porte la responsabilité comme chef de l'Etat alors que son inexpérience politique démontre l'incapacité de porter remède à la crise sociale dans le respect de la dignité humaine.

Josette Audin comme militante communiste fidèle à ses convictions a vu, peu avant son décès, son  long parcours pour obtenir la réhabilitation de son mari salué par une immense et chaleureuse ovation à la fête de l'Humanité. Saluons à notre tour sa mémoire en ces temps de révolte populaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.