Présidentielles, ni peste ni choléra

Les propagandistes des têtes d'affiches pour les prochaines élections présidentielles tentent de nous convaincre que le second tour de 2022 se jouera encore entre Marine Le Pen et Macron, la Peste ou le choléra. La fille de Le Pen dispose d'un socle électoral hérité de son père, composé des antisémites et autres négationistes, auxquels se sont mélangés les laissés pour compte de l'Algérie Française, revenchards en refusant l'immigration surtout quand il s'agit du Maghreb. Macron, plus que tout autre, est l'élu du monde des affaires dont la seule ambition est la recherche du profit, à charge de l'Etat d'obtenir un concensus social alors que confronté à la crise économique de l'après virus, sa variable d'ajustement sera la masse salariale et le chômage.

Il existe cependant une alternative à cette perspective conservatrice, dans une 3ème voie consistant à faire appel à de nouvelles personnalités moins marqués en politique ou issues de la société civile et recrutés pour leurs compétences afin de diriger le pays. Un projet ne peut se faire jour qu'en proposant une autorité morale digne de ce nom pour présider le pays en respectant les institutions de la 5ème République et de former un gouvernement fantôme. Pour le poste de président de la République, proposons Anne Hidalgo, son expérience dans son poste de maire de Paris vaut bien celle de Jacques Chirac qui en fit son tremplin. La France aurait tout à gagner d'élire enfin une femme à ce poste de chef d'Etat. Confronté à une crise économique de cette ampleur, seul un économiste aguerri et de réputation internationale, pourrait être désigné pour diriger le gouvernement. Christine Lagarde devrait être appelée à ce poste. Retenons ici les seuls ministères régaliens à commencer par l' Intérieur. Il nous faut ici désigner un sage respecté pour assurer le maintien de l'ordre républicain, et Jacques Toubon, ancien défenseur des droits de l'homme, serait le conseiller tout désigné pour proposer la personnalité capable de tenir une telle responsabilité. Aux finances, comment ne pas penser à Patrick Artus, à la Justice Eva Joly juriste dont la renommée n'est plus à démontrer, est la mieux placée pour proposer un candidat crédible. Aux affaires étrangères, il nous faudrait un homme de métier et d'expérience, l'actuel titulaire de la fonction pourrait être maintenu à ce poste, mais Hubert Védrine pourrait être tenté de rallier un tel gouvernement alors qu'il se prête volontiers à commenter les affaires internationales. Le ministère de la Santé est entre de bonnes mains, pourquoi ne pas compter avec lui comme pour la Culture avec Bachelot. Enfin, le ministère des Armées devrait être confié à un militaire expérimenté mais hors du sérail politique.

Qui dit mieux car c'est un dialogue à poursuive.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.