La dérive Présidentielle

République Monarchique ou Monarchie Républicaine, les deux mon général! Voilà où nous ont conduit les dérives des institutions de la Vième République mise en place par de Gaulle pour s'installer à la tête du pays en 1958 après avoir été écarté du pouvoir en 1946. Ses successeurs, François
Mitterrand transfuge de la IVième République en tête se sont complus dans ce statut présidentiel à résonance monarchique. Ce régime a affaibli la démocratie avec la réduction du mandat présidentiel à 5 ans assorti de l'inversion du calendrier législatif, ces dernières élections prenant place aussitôt après la présidentielle. Emmanuel Macron apprenti sorcier de la politique a endossé l'uniforme du général en entretenant les Français dans l'illusion qu'ils sont dirigés de main-de-maître. L'homme s'est affranchi de tous les usages de sa fonction en intervenant à tout bout de champ sans démontrer sa capacité à faire face aux défis auxquels est confronté le pays. Réduire les déficits budgétaires est certes l'enjeu principal pour redresser notre économie, encore faut-il ne pas rechercher les économies attendues en mettant en cause la protection sociale des plus démunis en osant même les traiter de feignants et autre noms. Il faut s'attaquer aux oligarchies et à ces fortunes si facilement accumulées par certains sans oublier ceux qui échappent à l'impôt en s'exilant fiscalement.

L'ambition d'Emmanuel Macron de restaurer le statut de grande nation de la France a un coût que les français ne peuvent plus supporter. Sa priorité telle que la comprend la majorité de ses concitoyens est de redresser notre économie tout en assurant notre sécurité face au terrorisme qui doit être combattu de l'intérieur sans avoir à guerroyer sur tous les fronts à l'extérieur tels qu'en Syrie, Maghreb et autres pays d' Afrique. Craignons le chaos où semble nous conduire l'inexpérience assortie de condescendance de ce président mal élu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.