Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

310 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2021

Les silences de la justice d'Etat

Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France en 1945 n'a pas connu son procès de Nuremberg pour juger ses concitoyens responsables des rafles des Juifs au premier rang desquels des enfants et des femmes destinés aux convois de la mort. Parmi eux René Bousquet qui vécut une retraite paisible avant d'être assassiné en 1993 à l'âge de 84 ans. L'auteur de cette justice expéditive fut condamné à 7 ans de prison. Qui n'a pas vu cette photo ignoble où François Mitterrand attablé aux coudes à coudes avec René Bousquet, grande serviette nouée autour du cou partageant le plaisir de déguster des ortolans dans les Landes. De quelles complicités a pu bénéficier Bousquet pour échapper à la justice et fréquenter en toute liberté son ami Mitterrand. Un autre justifiable Maurice Papon l'ancien secrétaire général de la préfecture de Bordeaux de 1942 à 1944 a pu sévir comme préfet de police de la Seine de 1958 à 1966 avant d'être rattrapé par la justice seulement en 1997 à l'âge de 87 ans pour son rôle dans la chasse aux Juifs en Gironde.

Dans un autre chapitre de notre histoire celui de la guerre d'Algérie, comment ne pas s'étonner encore aujourd'hui que les commanditaires et responsables de la tuerie par notre police parisienne de manifestants algériens réclamant pacifiquement l'indépendance de leur pays le 17octobre 1961 n'aient pas été dénoncé dans un silence complice au plus haut de l'Etat On  parle d'un massacre dont l'inventaire des victimes n'a toujours pas été établi si ce n'est cette estimation de dizaines ou de centaines d'hommes tabassés ou abattus avant d'être jetés dans la Seine. D'un côté ces Algériens faisaient tourner nos usines automobiles comme main d'œuvre bon marché, de l'autre l'ordonnateur de ces meurtres fut le dit Papon sur lequel se concentrera plus tard toutes les accusations pour raison d'Etat. Comment oublier aujourd’hui la répression sanglante du métro Charonne le 8 février 1962 qui fit 9 morts parmi les manifestants en majorité communistes dénonçant la guerre d'Algerie et l'OAS. Les protagonistes de ces heures parmi les plus sombres du régime gaulliste sous la 5ème République sont tous disparus de leur belle mort et pour certains dans les oubliettes de l'histoire. Mais encore aujourd'hui ils peuvent être convoqués devant le tribunal de l'histoire sous deux conditions, la mise en place par le chef de l'Etat d'une commission d'enquête indépendante au vrai sens du terme et soixante ans après, l'ouverture des archives si elles n'ont pas été détruites. Hélas pour la France Papon n'était pas seul, il était sous l'autorité d'un ministre de l'intérieur Roger Frey dans un gouvernement dont le Premier ministre était Michel Debré sous la présidence du général De Gaulle comme le dénonce l'écrivain français Mehdi Lallaoui dans une tribune du Monde du 16 octobre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau