Un monde à l'envers

L'homme de la rue, le simple citoyen éduqué dans les principes de la morale laïque ou religieuse garde sa libido pour lui par respect pour sa dignité. Comment pourrait-il en être autrement pour un homme politique respecté dont l'ambition est d'être l'élu de ses concitoyens pour défendre leurs aspirations à une vie meilleure dans une société plus juste! La mise sur le devant de la scène médiatique des pratiques exhibitionnistes d'un politique proche du cercle du pouvoir soulève de nombreuses interrogations.

Comment comprendre que l'ensemble de la classe politique aussitôt divulguée l'information ait dénoncé avec force une telle atteinte, considère t-elle, au cloisonnement entre vie publique et vie privée? le président de la République ne fut pas le dernier à se joindre à ce concert de bienveillants.

Comment comprendre que  les commentateurs et porte-paroles de tous bords de la politique et de la vie en société, sur nos écrans, à l'écoute des radios et dans la presse écrite tous titres confondus aient été unanimes pour défendre l'image de celui qu'ils jugent être la victime des pratiques les plus viles d'un pouvoir de l'ombre?

La question est posée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.