Les matins de France Culture et dame censure

Les matins de France Culture se murent dans le silence. Fidèle auditeur de la chaîne, j'écoute chaque matin du lundi au vendredi le 7 à 9 de Guillaume Erner son réalisateur. Cette émission est d'une rare qualité pour informer et débattre sur tous les sujets qui font l'actualité. Sont invités les noms les plus connus et reconnus de l'espace public pour des échanges toujours très instructifs. La diversité des opinions exprimées en font la richesse. Ce lundi matin à l'heure dite, Guillaume Erner est présent et s'engage à poursuivre son émission grâce au télé travail et ses invités sont en ligne.

Mardi matin qu'elle n'est pas ma surprise d'entendre le présentateur de France Inter nous annoncer que les chaînes de Radio France ont mutualisé leur site d'informations avec la production d'un 7 à 9 tourné vers l'information des Français en prise avec les difficultés de leur vie de tous les jours face aux restrictions mises en place par les pouvoirs publics pour freiner la propagation du coronavirus. J'en conviens très bien, la programmation de l'émission est très bien adaptée aux circonstances d'autant plus qu'elle est ouverte à des appels venant de femmes et d'hommes qui s'interrogent sur les modalités de leur vie de tous les jours et auxquels dans toute la mesure du possible des réponses y sont apportées. Que France Inter s'impose comme la chaîne publique la plus écoutée pour mettre en place un programme exceptionnel d'informations est tout à fait justifié. Rappelons qu'elle est la première chaîne de radio avec 6.348000 millions d'auditeurs.

Ce n'est que ce mercredi en fin de matinée que les auditeurs de France Culture apprennent de la voix de Sibyle Veil, directrice de Radio France que l'émission de Guillaume Erner est provisoirement supprimée au profit du 7 à 9 de France Inter. Les raisons évoquées en sont la réduction des effectifs imposée par le confinement et le recours au télé travail quand cela est encore possible. La directrice de Radio France ne s'exprime pas en son nom propre car il ressort de son intervention que cette réorganisation des chaînes de Radio France a été dictée par l'autorité de tutelle.

Je vois plutôt dans la décision d'écarter Guillaume Erner de l'antenne l'intervention des ciseaux de Dame Anastasie. Plus que jamais le citoyen qui s'en donne encore le temps a besoin d'avoir accès à l'information la plus ouverte sur les sujets qui font débats et sur lesquels un président de la République de plus en plus contesté et impopulaire s'abroge le droit de trancher sur les décisions à prendre sans le plus souvent convaincre et en utilisant des subterfuges qu'il sera de plus en plus difficile de dénoncer si la censure s'impose sur Radio France. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.