Les camelots de Pétain

Alain Finkielkraut dans sa dernière émission Répliques sur France Culture a invité le polémiste Eric Zemmour très médiatisé et le philosophe Paul Thibaud connu pour ses amitiés judéo- chrétienne pour débattre sur le thème De Gaulle, Pétain, la France. Ce choix faisait suite aux propos polémiques d'Emmanuel Macron sur le grand soldat Pétain.

Fort de ma conscience républicaine et laïque, les propos échangés entre ces interlocuteurs m'ont profondément choqué et révolté. Il revient à chacun d'entre nous d'en tirer les leçons. Il faudrait déjà démystifier le mythe de Pétain vainqueur de Verdun. Il n'y a pas de vainqueur de Verdun c'est le poilu qui a gagné la bataille. Le rôle de Pétain stratège de la résistance de Verdun doit être ramené à de justes proportions. Il y fut critiqué pour sa résistance passive. Cette controverse sur la grandeur de Pétain ne fut pas abordée. Au fait, qui sait ou se souvient que le capitaine De Gaulle a levé les bras à Verdun pour se rendre, l'anti héros comparé au grand soldat Pétain?

Que n'avons nous pas entendu! Pétain qui a demandé l'armistice aux Allemands fut le bouclier protecteur des français et des juifs français contre les exigences du régime nazi, thèse du nationaliste Robert Aron. Contrairement à ce que l'Histoire a retenu de l'étrange défaite de 1940 à savoir qu'elle était de la responsabilité des généraux français, fut mis en cause la Troisième République et le front Populaire qui n'ont pas su relever le défi du réarmement de l'Allemagne. Quelle ignominie d'avoir entendu que le régime de Vichy, le régime de Pétain fut la juste relève de la Troisième République, cette République née de la défaite de 1870 qui avait laissé le champ libre à ses initiateurs qui n'étaient autres que les Juifs, les Protestants, et les Francs-maçons.

Dans cette émission aucune mention ne fut faite de Pétain et son soutien public à la milice française. Oui, des français agents de la Gestapo y fusillèrent des grands hommes de la Troisième République et du Front Populaire, ce dernier inventeur des premières grandes lois sociales. Citons le juif et résistant Georges Mandel, chef de cabinet de Clemenceau,  chef de gouvernement à partir de novembre 1917et dont le rôle fut essentiel dans la Victoire. Citons le juif et résistant Jean Zay, ministre du juif Léon Blum, chef du gouvernement du Front populaire où figurait déjà le juif et résistant Pierre Mendès France. Comment  ne pas rappeler que le Conseil National de la Résistance fondé par Jean Moulin, en promulguant ses réformes sociales de 1946 fut le continuateur de l'action du Front Populaire pour la protection et la défense du prolétariat.

Si des juifs furent sauvés de la déportation sous le régime de Vichy, en particulier à l'occasion de la rafle du Vel d'Hiv, ce ne fut pas à l'initiative de l'antisémite Pétain, l'homme de la poignée de mains avec Hitler à Montoire, mais le résultat de la compassion des gendarmes présents pour ces hommes, ces femmes et enfants jetés dans les wagons des convois qui les dirigeaient sur l'Allemagne pour les fins que l'on sait.

Dans cette émission réputée et très écoutée de France Culture, la réponse apportée à la maladresse d'Emmanuel Macron propagandiste de la publicité faite au dit grand soldat Pétain, à l'égal des propos tenus par Eric Zemmour, il est apparu qu'Alain Finkielkraut s'était laissé déborder par son contradicteur, confronté à l'effacement relatif de Paul Thibaud dans le débat. Au moment où les défenseurs de la collaboration relèvent la tête, il est urgent que la vérité historique sur l'image et  le rôle de Pétain dans les moments les plus sombres connus par la France au vingtième siècle soit révélée aux yeux des Français.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.