La France en mal de décolonisation

Hier banquier d'affaires, aujourd'hui Emmanuel Macron est de part la Constitution chef des Armées. Il revendique être le seul chef alors qu'il n'avait aucune expérience militaire. Président de la République, il hérite d'une situation où la France est engagée avec son aviation dans la guerre en Syrie alors que ses troupes sont installées au Mali pour des opérations de sauvegarde face au soulèvement au sud des Peuls et au nord des Touaregs sans compter les incursions Libyennes. Seul pays européen engagé dans des conflits au relent colonial, la France à l'inverse de l'Angleterre veut maintenir à tout prix son influence dans des pays qui ont appartenu de loin ou de près à son ancien empire colonial. Qui se souvient, déjà qu'en 1925 la France en Syrie sous son mandat a combattu les rebelles Druzes avec un corps expéditionnaire sous les ordres du général Sarrail? Au Mali nous avons vu François Hollande défiler triomphant à Tombouctou en 2015. Et pourtant, deux ans plus tard le nouveau chef d'état- majeur des Armées annonçait que l'engagement militaire français dans ce pays devait être prévu pour au moins 15 ans. Ne dit-on pas aujourd'hui que le Mali est devenu l'Afghanistan de la France! En l'absence de tout débat politique digne d'une grande démocratie sur l'engagement de notre pays sur les territoires relevant de notre ancienne emprise coloniale, il revient aux citoyens qui en sont conscients d'interpeler le chef de l'Etat sur sa politique post coloniale. La menace islamique d'où qu'elle vienne dans les pays du Sahel, du Mali et du Niger relève de la seule responsabilité et autorité des pays du Magreb et en priorité de l'Algérie. La seule dette de la France à l'égard des pays de la zone saharienne est sa prise en charge des populations irradiées par ses campagnes d'essais nucléaires au premier rang desquels figure la catastrophe du tir Béryl le 1er mai 1962. Pour conclure,la France n'a pas les moyens d'une diplomatie tout azimuts dans un monde confronté aux luttes hégémoniques tant au moyen Orient qu'en Afrique. Il lui suffira d'oeuvrer à la réussite d'un projet de confédération européenne détentrice d'un véritable pouvoir dans la gestion des affaires du Monde

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.