Quatre mois déjà

Dans le vide de l'espace politique à droite comme à gauche, nous avons élu un président de la République par défaut. De gré ou de force, nous devons nous en remettre à lui pour redresser le pays ce qui est le principal enjeu de son élection. Sa réforme du code du travail par ordonnances en faveur de l'employeur passera mais nul n'est en mesure d'en donner l'impact sur l'emploi. Emmanuel Macron a pour lui sa jeunesse et son indépendance vis à vis des partis politiques mais il devra nous en dire plus sur son programme de gouvernement pour ramener le taux de chômage de la France à celui de l'Allemagne au cours de son mandat. La défense de l'image de grande nation de la France à laquelle il  s'attelle comme chaque président de la 5ième République pour donner le change à nos concitoyens face à l'échec de leur politique intérieure sur le front de l'emploi, ne risque-t-elle  pas de disqualifier déjà notre nouveau président quatre mois après son élection? A lui de présenter sans délai un programme de gouvernement crédible pour l'emploi alors qu'il bénéficie d'un capital de confiance qui peut lui échapper.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.