Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

361 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 mai 2022

Le coucou, vrai ou faux départ

Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dès l'arrivée de cette vague de chaleur imprévisible et pré estivale l'appel du coucou aux quatre coins de notre campagne poitevine s'est fait plus rare. De retour dans nos contrées il s'est manifesté fin mars plus tôt qu'attendu et nous a surpris par l'insistance avec laquelle il exerçait son coucou racoleur. De quelques dizaines de mètres à plusieurs centaines de mètres quatre oiseaux se sont postés dans des espaces bien délimités comme des chasses gardées tous à l'ouest. Sans interruption du lever au coucher du soleil ils se répondaient d'un coucou à l'autre. Ces semaines d'avril et mai toujours ensoleillées jour après jour ont été certainement propices cette saison à l'exercice du chant du coucou, celui des mâles cherchant à attirer les femelles.

Nous sommes fin mai et après deux journées d'ondées passagères suivies d'une chute des températures nous avons eu la confirmation que le coucou s'était tu malgré un bref appel isolé en soirée et en matinée. Le mois de juin marque les dates de son départ.

Le coucou s'installe dans nos régions le temps de sa reproduction dans les nids des passereaux de son choix pour nourrir ses oisillons. Sa présence migratoire n'excède pas 3 mois comme pour les martinets avec un décalage d'au moins 1 mois. Pour revenir à cet épisode de chaleur que nous venons de connaître quelle n'a pas été notre surprise d'observer la présence de plus en plus nombreuse de vols de martinets tournoyant à grands renforts de cris stridents dans des courses-poursuites effrénées tôt le matin et en soirée. Eux si haut dans le ciel à leur arrivée retrouvaient ainsi les toitures propices à leur nidification sous les tuiles. Rien d'étonnant à cela si ce n'est leur multitude retrouvée après des années où nous avons cru ne plus les revoir. Faut-il voir dans le réchauffement climatique si redouté un facteur favorable à la prolifération des martinets de retour dans nos villes et villages le temps de la saison chaude de Mai à Juillet et auxquels nous sommes si attachés. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal — Écologie
Des élus veulent continuer de bétonner en paix
Des élus locaux, qui ont le pouvoir de rendre constructibles des parcelles de terre, mènent la fronde contre de nouvelles dispositions les empêchant de bâtir à tour de bras. Mais la protection des terres et du vivant ne devrait-elle pas constituer une priorité plutôt que de construire un nouveau centre logistique ou un énième hypermarché ? 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat