Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

311 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2021

Ces laissés pour compte de la Manche

Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le drame de ces immigrés noyés dans la Manche doit réveiller nos consciences de vieux français en nous posant ces questions. Comment chaque année des dizaines de milliers de réfugiés venus des pays du moyen Orient, Syrie, Iran, Irak et d'Afrique subsaharienne peuvent traverser la France sans attirer beaucoup notre attention. Comment ne pas s'émouvoir dans nos villes et campagnes sur les conditions inhumaines dans lesquelles ces familles avec enfants vivent dans des campements de fortune sur les rivages du Pas de Calais et de la Somme à la merci des forces de l'ordre qui les en chassent. Comment accepter qu'ils soient à la merci de réseaux de passeurs sans savoir s'ils se recrutent dans leurs propres rangs ou si se sont des Français qui profitent de leur détresse pour leur prélever l'argent qu'ils ont encore sur eux. A aucun moment les pouvoirs publics n'ont fait mention de leur chasse à ces détrousseurs. Pour la première fois vu l'ampleur de ce drame nous apprenons à grand renfort de publicité que cinq suspects sont arrêtés. Pourquoi ces gens venus d'un autre monde cherchent-ils à tout prix à traverser la Manche, ils ont pour seule réponse celle qui les conduit à prendre de tels risques, à savoir que l'Angleterre leur offrira des conditions d'hébergement et de vie qui leur font espérer un eldorado.

Notre pays à une terrible tradition d'accueil qui le déshonneur. Déjà le Front Populaire de Léon Blum a été condamné pour les conditions dans lesquelles il a reçu dans des camps les Républicains espagnols défaits par l'armée de Franco. La 5ème République de De Gaulle n'a pas fait un meilleur sort aux harkis eux aussi cantonnés avec leurs familles derrière des barbelés dans le sud Ouest du pays. Ces conditions de vie n'avaient guère soulevé à l'époque des mouvements de protestation de la part de leur voisinage. Comment ne pas ouvrir cette parenthèse de ces dizaines de milliers de Juifs, hommes, femmes et enfants objets de rafles pour être parqués dans des camps de fortune avant d'être agglutinés dans des convois de la mort. Qui à l'époque sinon quelques voix de Juste s'étaient intéressés à leur sort.

C'est le déshonneur de la droite dans ce pays cette droite qui revendique son gaullisme au nom de la France Libre et de ses lois sociales venues de la Résistance, d'épouser pour les défendre les thèses racistes de Jean Marie Le Pen, de son héritière et de ce polémiste qui surenchérit avec les diatribes les plus honteuses et dont nous supportons le déshonneur sans réagir au nom de notre démocratie et de la défense des Droits de l'homme et des Droits des femmes premières conquêtes de la Révolution en 1789.

Comment accepter les raisons de financement évoquées par l'Etat macronien pour justifier son impuissance à protéger ces immigrés et leurs familles des passeurs qui les exposent à la noyade dans la Manche.

Macron aujourd'hui se querelle avec Boris Johnson pour obtenir plus d'aides financières de la Grande Bretagne pour faire la chasse aux immigrés sur nos plages. Comment croire que la France n'a pas les moyens hier comme aujourd'hui d' accueillir et de traiter plus humainement ces immigrés à bout de forces

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau