Le Roi est nu, l'Etat aussi

Le roi est nu, nous aussi. Michel Debré a écrit la constitution de la 5ème République pour faire de De Gaulle un roi républicain. L'ambition de De Gaulle était de servir sa stature internationale, la gestion du domaine intérieur ne relevant que de l'intendance et du subalterne. D'un président à l'autre, la 5ème République a mis fin à un régime parlementaire où les grandes décisions en politique intérieure et extérieure relevaient de l'arbitrage entre les partis représentant les forces politiques de la Nation. Macron plus que tout autre de ses prédécesseurs à fait de sa présidence l'exercice d'un pouvoir absolu. Il décide de tout et tout seul. Sa façon de parler aux Français est l'expression de sa volonté absolue d'asseoir un pouvoir régalien. Dans sa dernière allocution, il a pratiqué le "nous" avec insistance pour faire illusion sur sa volonté de rassembler, mais en fait pour affirmer sa volonté de régner seul. À plusieurs reprises dans ses interventions auprès des Français, il insiste sur cette revendication '' j'assume", mais cela ne relève t-il pas d'un pouvoir absolu !

Confronté à de graves événements au cours des 3 premières années de son mandat, plutôt que de rechercher le soutien d'hommes compétents autour de lui pour décider, il démissionne cet été un Premier ministre qui avait du moins pour lui une cote de popularité à laquelle les Français n'étaient pas insensibles alors que le président lui-même devenait de plus en plus impopulaire. Édouard Philippe avait nourri la confiance d'une partie des Français quant à sa gestion de la première vague de la propagation du coronavirus. Il fut remplacé par un inconnu en politique dont la seule expérience était celle des cabinets ministériels. Macron a trouvé en lui l'executant de ses propres décisions qui ont toutes relevées du fait du prince. Jean Castex dans sa fonction de factotum s'est révélé en outre très maladroit dans sa communication, dévalorisant d'autant son rôle dans la direction du pays. Rappelons que de Gaulle avait toujours respecté la fonction de ses Premiers ministres.

Demander aux Français de se rassembler derrière lui pour faire face à une crise sanitaire qui n'a d'autre équivalent que la grippe espagnole de 1918,1919 avec ses 400 000morts en France, est un défi sur lequel les Français risquent de se diviser pour ne pas accepter de nouvelles contraintes venant d'un président qui apparaît de plus en plus à leurs yeux comme ne maîtrisant pas la crise à laquelle le pays doit faire face. Nous ne pouvons qu'être pessimistes, très pessimistes sur le déroulement de ce nouvel épisode de confinement qui demande des arbitrages au plus haut sommet de l'Etat et pour lesquels Macron paraît de plus en plus isolé refusant tout partage du pouvoir avec des hommes politiques plus expérimentés que lui. En attendant, les Français se sentent livrés à eux-mêmes pour l'application des règles sanitaires alors que le président s'isole dans l'exercice d'un pouvoir absolu.

Le roi est nu, nous aussi. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.