France Algérie, la Paix des armes, la Paix des consciences

Les accords d'Evian de mars 1962 ont mis fin aux combats et après la paix des armes l'Algérie a proclamé son indépendance le 5 juillet 1962.Près de 60 ans après, les deux pays si proches géographiquement ne sont pas parvenus au moins à une entente cordiale. Le rapport remis par l'historien Benjamin Stora au président de la République le 20janvier 2021 ne nous propose qu'une politique de petits pas à partir de petits gestes, sans volonté de réconcilier les mémoires et au delà parvenir à une paix des consciences tant côté Français qu'Algériens.

Bien au delà des formules connues, telles la reconnaissance par la France de sa responsabilité, la demande d'excuses, de repentance, et en réponse à l'expression d'un pardon, le peuple algérien demande réparations et justice pour 132 années de colonisation, de sang et de larmes, et de spoliation de leurs biens. Côté Français, il n'y a pas 2poids 2mesures,les français d'Algérie au nombre de 1million appelés pieds noirs, ont quitté l'Algérie pour toujours avec une valise en abandonnant tout leurs biens. La France colonisatrice a mis en avant les bienfaits de son œuvre de civilisation en équipant le nord du pays constitué de 3 départements au nom d'une Algérie Française avec des infrastructures alliant routes, lignes de chemin de fer, aménagements portuaires, jusqu'aux écoles, hôpitaux et autres bâtiments publics, sans reconnaître en conscience que seuls les pieds noirs bénéficiaient de cette mise en exploitation du pays.

Par ailleurs, la politique de part et d'autre a mobilisé les opinions pour rejeter tout rapprochement entre ces 2 pays que seule la méditerranée sépare. Marseille fait face à Alger. L'extrême droite avec des motivations racistes nées de l'immigration des Maghrébins a attiré à son profit la vindicte des pieds noirs à l'encontre des Algériens qui les ont chassés d'une terre où ils étaient nés. Côté algériens, les luttes politiques qui ont vu s'affronter les combattants face à l'armée Française n'ont retrouvé leur unité que dans leur refus de toute concession à la France rendue seule responsable de la guerre d'indépendance trop chèrement acquise.

Jusqu'ici les 2 pays avaient laissés de côté la question des essais nucléaires. De 1960 à 1966,la France a conduit une campagne d'essais, d'abord au sol à Reggane puis elle a procédé à des tirs confinés dans les galeries d'une montagne à In Ekker dans le Hoggar. Les premiers tirs ceux de Reggane ont dégagé dans l'atmosphère des nuages radioactifs poussés très loin par les vents dans le Sahara. À In Ekker les tirs ont donné lieu à 4 accidents dont le plus documenté a été la catastrophe de Béryl le 1er mai 1962 laissant échapper de sa galerie un nuage radioactif dont les retombées à l'est et au Sud ont irradié les populations sédentarisées et les nomades touaregs ainsi que les civils et militaires mobilisés sur place. Aucun bilan sur la santé de ces populations irradiés n'a été dressé par les autorités françaises, abandonnant ainsi les victimes à leur sort

Benjamin Stora dans son rapport occulte le sujet soit par incompétence, soit à la demande du donneur d'ordre élyséen.

La France n'a pas retrouvé le chemin de la paix des consciences et ne semble s'y prêter qu 'en apparence. L' Algérie ne s'est toujours pas préparée à faire la paix en toute conscience avec son ancienne puissance coloniale

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.