Ne jamais sous-estimer Kanté : le jour où un recruteur est devenu la risée d'Internet

Deuxième épisode d'une série d'articles sur les ouvrages qui se sont retournés contre leur auteur.

Auteur d'un livre à charge contre le footballeur français, un recrutement s'est complètement ridiculisé en sous-estimant N'Golo Kanté. Une erreur de jugement qui lui vaudra bien des moqueries. Retour sur une nouvelle version de l'arroseur-arrosé.

5 livres contre leur auteur - N°4 - Ne jamais sous-estimer N'Golo Kanté ! © Louis Camille

Un livre pertinent sur l’état des clubs français

Quand Pourquoi le foot français va dans le mur de Faouzi Djedou-Benabid, recruteur et Yacine Hamened, fomateur, sort en mai 2015, le constat est sans appel : les clubs de foot, hormis le PSG, un cas à part, n’arrivent pas à percer sur la scène européenne. Pire, ils vont de désillusions en désillusions et il n’est pas rare de voir un club français se faire humilier en Europa League par un club étranger, d’un championnat d’un niveau considéré comme bien moindre et avec un budget très inférieur.

La gestion des clubs est en effet catastrophique : on achète des joueurs moyens à qui on donne de gros salaires, on reste concentré sur le championnat et la Ligue des champions en méprisant, à tort, la Ligue Europa. Surtout, la culture tactique est proche du néant : on ne compte plus le nombre d’entraîneurs français interchangeables, sans ambition, ni palmarès, qui circulent de banc en banc en Ligue 11.

La structure des clubs est aussi à revoir : ce n’est que récemment que les clubs ont pris conscience des rôles et des acteurs nécessaires pour se structurer correctement : président, directeur sportif, entraîneur, cellule de recrutement. Et encore, aucun club ne peut se vanter d’avoir tous ses acteurs en symbiose, avec un sens du collectif et des objectifs communs2.

Une bourde monumentale sur Kanté

Le livre fourmille d’anecdotes croustillantes sur la défaillance de nos clubs. Écrit en collaboration étroite avec le célèbre journaliste de l’After Foot, Daniel Riolo, Pourquoi le foot français va dans le mur tape juste, et tranche avec l’optimisme des médias sportifs, et le déni général qui touche l’ensemble du foot français.

Mais, malgré sa pertinence, Faouzi Djedou va complètement se ridiculiser quelques années après, au point de de décrédibiliser son livre ! En effet, lors d’une émission sur Le Phocéen TV3, le recruteur critique ouvertement N’Golo Kanté, alors jeune joueur prometteur du Havre et ciblé par l’OM. Il le juge trop faible et trop peu technique pour ce club. Pour lui, c’est l’archétype du joueur moyen et bourrin, il finit par conclure : « Kanté à 6 millions d’euros4, c’est 5 millions de trop ! ».

Passé inaperçu lors de sa diffusion au cours de l’été 2015, l’extrait de l’émission sera exhumé un an plus tard en juin 2016, après l’explosion extraordinaire de N’Golo Kanté au plus haut niveau à Leicester5. Largement relayé par Twitter, Faouzi Djedou est alors victime de nombreuses moqueries et de railleries par les supporters de l’OM mais aussi des autres clubs.

Quand on sait que l’ouvrage dénonce l’incompétence qui touche le milieu du foot, on peut se dire que l'on est vraiment face à une reprise de l’arroseur arrosé !

D’autres exemples dans le livre

D’autant plus que le livre n’est pas exempt d’erreurs similaires. Si l’essai est très intéressant dans la critique du fonctionnement interne des clubs, il l’est beaucoup moins en ce qui concerne la dénonciation de la mauvaise gestion des mercatos des clubs, en particulier de l’OM. Son mercato 2013 est passé en revue : les achats de Payet, Thauvin, Mendy, Imbula, Lemina, etc. sont largement critiqués alors que ce seront soit des succès, soit des achats qui apporteront une importante plus-value au club.

C’est une erreur d’autant plus incompréhensible que, je le répète, Faouzzi Djedou… est recruteur !

Un livre à réactualiser ?

Quoiqu’il en soit, et hormis ses petites erreurs risibles aujourd’hui, le constat du livre est véridique et mériterait même d’être réactualisé. Une nouvelle fois, les clubs français se sont ridiculisés en Europa League et la gestion des clubs, même si elle a radicalement changé pour certains, demeurent chaotique6. Même les exemples, apparemment positifs de Monaco ou de Lille peuvent poser quelques questions7.

En réalité, seul l’équipe de France avec son vivier de talents, et surtout l’incroyable gestion de Didier Deschamps masque complètement la réalité d’un football français, ou plutôt d’une Ligue 1, en détresse. Avec un peu de chance, l’illusion pourra continuer lors de l’Euro 2020...

_______________________________________________________________________________________________________________

1Aujourd’hui, cette tendance semble disparaître mais on pense aux Frédéric Antonetti, René Girard, Élie Baup, Antoine Kombouaré, Rolland Courbis, Christophe Galtier, Claude Puel, etc. qui circulent de clubs en clubs de Ligue 1 ces 20, voire ces 30 dernières années.

2Forcément des luttes de pouvoirs ont lieu et on ne sait jamais quels sont les rôles précis de chacun. Même le PSG a connu ces problèmes pendant des années avant le retour de Leonardo. À l’OL, par exemple, Jean-Michel Aulas devait s’écarter du pouvoir pour laisser une grande liberté à Juninho. En réalité, ce n’est pas le cas.

3L’estimation de son prix à l’époque. https://twitter.com/lejournalom/status/754301493201764352

4 https://twitter.com/lejournalom/status/754301493201764352 L’estimation de son prix à l’époque.

5 Aujourd’hui à Chelsea, le joueur est considéré comme l’un des meilleurs milieux de terrains du monde et vaudrait 100 millions d’euros selon le site Transfertmarkt : https://www.transfermarkt.fr/ngolo-kante/profil/spieler/225083

6Le cas des Girondins de Bordeaux en est l’exemple le plus frappant. À la fois bien structuré grâce à la collaboration des excellent Paulo Sousa, l’entraîneur et Eduardo Macia, le directeur sportif, le club souffre des problèmes de gestions au plus haut niveau, King Street, l’actionnaire principal ayant récemment jeté GACP, l’actionnaire minoritaire mais gestionnaire du club jusqu’alors...

7Les deux clubs, qui misent tout sur la valorisation de joueurs, semblent condamner à faire l’ascenseur entre le haut niveau et la course au maintien...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.