Ils n'ont aucune raison de vivre, ils en trouvent alors une pour mourir. Come-back.

Personne n'est tout blanc ou tout noir, le monde est gris. Les mots dont on dispose à l'âge de vingt ans sont parfois simples mais éloquents pour exprimer ce que l'on ressent. Come-back sur un de mes premiers articles "conscient" post-attentats (13 Nov 2015).

 

Il faut ménager ses émotions pour se munir d'une réflexion saine; il est impossible de faire preuve d'objectivité et de réalisme autrement.

Ces événements sont les conséquences d'un mal-être sociétal grandissant où des individus sont en marge. Dans une société comme la nôtre ou le rationnel règne et où l'irrationnel n'existe plus, il apparaît évident que des hommes se rapprochent de la foi d'une manière radicale. Et ce rapprochement, en majorité bienveillant, est dû, pour une minorité d'individus, à une perte de repère totale de ceux-ci. C'est à cet instant que s'opèrent toutes les atrocités que l'on peut observer car les motifs du « radicalisme » sont malsains. L'individu ne trouve plus sa place dans la société, il ne prend plus véritablement goût à la vie et entraine avec lui une haine immense et démesurée. En se joignant à ces groupes comme l'Etat islamique, ils détiennent alors une place, une importance, un rôle à jouer dans l'histoire d'un groupe qui défend une cause. Peu importe la morale, le but ou la finalité, tant qu'une raison d'exister et d'avoir vécu s'y trouve. On note le désespoir profond et l'absence de stabilité de vie totale chez ces hommes avant leur passage à l'acte. Ceci est une condition vérifiable et vérifiée pour chacun de ces hommes (90% d'entre eux, d'après les études du Monde).

Ils n'ont aucune raison de vivre, ils en trouvent alors une pour mourir, et ce au nom d'une idéologie ou d'une religion qui n'est qu'un prétexte pour se donner la mort et avoir eu une raison d'exister. La religion et les idéologies ont toujours été les prétextes légitimant les actes les plus terribles, j'en réfère aux croisades, aux massacres ethniques, aux guerres mondiales et au conflits à travers le monde en général. La soif de pouvoir de l'Homme s'exprime à travers ces faits mais aussi son manque de réflexion, d'humanité et simplement d'amour pour la vie.

Une pensée essentiellement patriotique est l'erreur à ne pas commettre. La France et le fonctionnement mondial à travers ses innombrables injustices et actes inhumains ne sont en rien innocents. Prétendue "garante des Droits de l'Homme" à travers le monde, elle finance ces groupes indirectement de part ses engagements financiers avec certains pays comme l'Arabie saoudite ou le Qatar (dictature et régime autoritaire : l'esclavage et les exécutions en places publiques y sont monnaies courantes) qui eux mêmes financent directement et indirectement ces groupes tel que l'EI. Qui pourrait véritablement penser que ces groupes s'autofinancent ? Ne vendent-ils leur pétrole qu'aux contrebandiers turcs ? Armés et organisés tels qu'ils le sont, ce serait faire preuve d'hypocrisie que de croire qu'aucun régime ou Etat n'est derrière cela. Il n'y a pas de guerre pour eux, il n'y a que des bénéfices. Malheureusement, l'intérêt monétaire prévaudra toujours sur les valeurs morales dans une société où c'est l'argent qui gouverne et qui en définit les choix.

Il est temps d'ouvrir les yeux sur cette réalité et de penser et d'agir en conséquence. C’est ensemble qu’il faut se battre et former une unité internationale, et non juste nationale ! Une véritable conscience collective est possible : « battez-vous pour votre planète, pas pour votre pays ! ». Et les moyens de ce combat ne se limiteront qu’à la parole et aux actes bienveillants. Il faut bannir toutes formes de violences et ne pas se rabaisser à un niveau de haine tel que celui-ci. C’est cela faire preuve d’Humanité. Il serait facile de croire que ces hommes vous déclarent la guerre à vous personnellement, mais il n'en est rien, c'est à l'Etat qu'ils s'en prennent et au système mondial imposé. Ce dernier tend à faire croître la haine par ses exactions trop nombreuses et depuis bien longtemps déjà. Il tend à ne rendre qu'un seul monde possible... Comme cela a toujours été, ce sont leurs guerres, mais ce sont nos parents, nos enfants et nos proches, tous innocents, qui meurent pour elles. Des actes d'une telle atrocité ne seront jamais légitimes et excusables mais ils s'expliquent.

Ces événements sont ceux que vivent en très grande majorité les milliers de migrants chaque jour et ce sont les raisons de leurs départs. Nous serions nous-mêmes montés dans le bateau depuis bien longtemps. Pourtant la majorité fermeront les yeux sur cette réalité à l'image de leur individualisme et se refuseront à compatir : « On s’en fout, ils ne sont pas français et pour nous tout va bien ». Et bien non, rien ne va. Élevons la réflexion, il n'y a pas qu'un gentil, il n'y a pas qu'un méchant. Les médias d’informations directes façonnent notre esprit et enferment notre réflexion dans un cercle vicieux simpliste fait d’amalgames, de clichés et de raccourcis. À un mois de la COP21 réunissant tous les chefs d’Etat à Paris, la peur remettra peut-etre en question l'assurance de sa tenue. C'était aussi l'objectif de ces « bourreaux » en ce vendredi 13 novembre. Il y a tant de choses à dire. Mais pour le moment, et c’est le plus important, une immense et infinie pensée d'amour et de compassion envers les victimes et leurs proches.

Louis Gagey 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.