Curieuse évolution de l'électorat

En profitant d'un large espace centriste laissé vide par la radicalisation de la droite et de la gauche, Emmanuel Macron semble avoir commencé la révolution qui manquait à la France

Globalement, l'évolution de l'électorat est curieuse.

Deux partis politiques menaient la danse jusqu'à présent. Ils se présentaient comme une gauche raisonnable s'opposant à une droite raisonnable.

La radicalisation des comportements, due à leur corruption commune, les a vidés l'un et l'autre de leurs électeurs, au bénéfice du communiste Jean-Luc Mélenchon et de la populiste Marine Le Pen.

D'où un magnifique espace centriste, une opportunité dont Emmanuel Macron n'a pas manqué de tirer profit

Pour avoir été constamment debout entre deux chaises depuis le début de l'opération Ortograf en 2005, ce n'est pas moi qui me plaindrai de cet anéantissement du PS, réalisé par François Hollande, et de celui de Les Républicains, magistralement réalisé par François Fillon aidé par Annie Genevard

A partir d'un créneau d'activités qui, au début, se limitait à l'opération Ortograf, politiquement neutre, les résistances intestines et la censure rencontrées m'ont amené à élargir ce champ d'action en incluant là la politique éducative et la corruption politique en général

Les très nombreuses constatations faites à cette occasion m'amènent à approuver avec conviction le changement de cap qui caractérise Emmanuel Macron

Après l'interview remarquée d'Emmanuel Macron par Edwy Plenel le 5 mai 2017, on peut déjà anticiper: "Passage à la Sixième République: Jean-Luc Mélenchon en parlait, Emmanuel Macron l'a fait"

 

Ortograf-FR doc g294-h05 mai 2017

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.