Lettre ouverte à Mme Dufay, tête de liste du Parti Socialiste au deuxième tour des élections régionales en Bourgogne Franche-Comté

Madame,

Je voterai dimanche 13 décembre pour la liste que vous menez en vue du deuxième tour des élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté.

Veuillez noter la signification exacte de ce vote. Je suis, depuis que j'ai le droit de vote, c'est-à-dire depuis près de 50 ans, un électeur de gauche. Mais en votant demain pour votre liste je n'aurai nullement conscience de voter à gauche. Votre parti en effet, le Parti soi-disant « Socialiste » n'est plus en rien un parti de gauche. Puisqu'il soutient un Président de la République et un gouvernement qui mènent une politique économique, sociale, sécuritaire plus à droite qu'aucun gouvernement de droite n'a osé et n'aurait osé la mener.  Laquelle politique est une des causes majeures, non seulement de l'accélération récente de la progression du Front National, mais également de l'abstention massive des classes populaires et de la jeunesse au premier tour de ces élections.

Dès lors mon vote en faveur de votre liste est un vote de barrage au Front National et ne représente en rien un vote d'adhésion. Il ne l'est pas plus que n'aurait été mon vote en faveur de la liste Sauvadet (Les Républicains-UDI) si cette liste s'était trouvée dans une position plus favorable que la vôtre pour faire barrage au FN (puisque dans ce cas j'aurais voté pour cette liste comme j'ai voté Chirac eu 2ème tour de la présidentielle de 2002)

J'entends déjà les discours de vos amis (discours qui sera peut-être aussi le vôtre si votre liste l'emporte) : « là où l'union à gauche s'est faite, la gauche a montré qu'elle pouvait gagner ». Je récuse à l'avance ce type d’interprétation de mon vote. Aucune « union de la gauche » incluant votre parti n'est plus aujourd'hui possible.

 

Veuillez recevoir, Madame, mes salutations distinguées,

 

 

 

Louis Sénéchaut

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.