L’islamo-gauchisme signifie-t-il quelque chose ?

Le 16 février 2021, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche Frédérique Vidal a annoncé l’ouverture d’une enquête pour lutter contre « l’islamo-gauchisme » qui « gangrène la société », dont l’université. En donnant de l’importance à cette panique réactionnaire, Frédérique Vidal a déclenché de nouveaux débats sur le d’islamo-gauchisme.

La déclaration de Frédérique Vidal a bouleversé l’échiquier français. L’islamo-gauchisme est une notion floue, puisque c’est au départ un néologisme sur un supposé lien entre des partis des gauches et le milieu islamique. Selon le sociologue, Pierre-André Taguieff, on peut qualifier l’islamo-gauchisme comme une alliance militante entre le monde islamiste et le monde de gauche, voire d’extrême gauche au profit de la cause palestinienne.

Mais cette expression peut-être un moyen pour des partis de droite d’accuser, de décrédibiliser la gauche en amalgamant la gauche adverse de l’islamisme politique.

En partant du principe qu’il y a de l’islamo-gauchisme dans le monde universitaire, même minoritaire, la ministre porte une accusation globale et stigmatisante et sans fondement scientifique. Il est essentiel de rappeler que la recherche universitaire est ouverte, alimente le débat public et peut être contredite. Le CNRS considère l’expression d’« islamo-gauchisme » comme un concept qui n’a aucune définition scientifique et que cela compromet les différents travaux de recherche entrepris sur la période postcoloniale ou le terme de « race ».

Cela remet en cause également la liberté de pensée des universitaires. Y a-t-il une volonté de faire taire les chercheurs qui font des recherches sur les discriminations, les inégalités ?

N’est-ce pas une façon habile de renvoyer l’islamisme dans la gauche, une gauche qui essaye peut-être, de ne pas être dans la binarité ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.