louise legrand
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 avr. 2021

Critique sur la notion de sionisme

Analyse d'un article issu du Ha'aretz, grand quotidien israélien de Tel-Aviv, paru le 30 janvier 2021 dans lequel Gideon Levy et Gadi Taub s'opposent sur la notion de sionisme. L'article a été traduit et repris par la revue Courrier International le 24 février 2021.

louise legrand
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cet article est organisé d’une manière différente de la plupart des articles de journaux. En effet, ici, la question « Israélien antisioniste est-il forcément antisémite ? » fait l’objet d’un débat entre Gadi Taub, historien israélien et Gideon Levy, journaliste et membre de la rédaction de Ha’aretz. On peut donc voir que l’article est séparé en 2 parties. L’une relate la vision de Gadi Taub, qui soutient un sionisme originel où Israël est l’incarnation du droit des Juifs, et l’autre une vision beaucoup plus critique du sionisme et de la politique d’Israël.

Gadi Taub pense qu’un Israélien antisioniste s’en prend directement à l’existence d’Israël. Et critique la circulation d’une pétition qui condamne la phrase — dans un texte sur lequel travaille le gouvernement américain — « l’existence de l’État d’Israël est une entreprise raciste ». Selon lui, les organisations qui ont lancé la pétition défendent l’idée que le sionisme peut être vu comme une forme de racisme, ce qui justifierait le fait que le sionisme soit considéré comme une « occupation israélienne » ou encore d’« une entreprise colonialiste illégitime ». Gadi Taub semble en accord avec les propos de Mike Pompeo qui déclare que « l’antisionisme est un antisémitisme ».

L’historien considère le refus de l’existence de l’État d’Israël et la volonté du retour des Palestiniens comme un exemple d’antisémitisme par les signataires de la pétition.

De son côté, Gideon Levy s’oppose fermement aux idées de Gadi Taub. Il lui reproche de faire usage de propagande en disant que le sionisme est intouchable. La version du sionisme de Taub serait trop sacrée pour qu’on la critique et tendrait ainsi à une « idéologie tyrannique », il accuserait également l'extrême gauche de confusions entre différentes versions du sionisme. Gideon Levy déplore le manque de rigueur de Taub qui ne s’appuie pas sur des faits concrets et qui, par conséquent, ignore une certaine responsabilité d’Israël et de son gouvernement.

Il pense qu’il est dans le droit des gens de considérer le sionisme comme une forme de racisme et que ceux qui se réclament de l’antisionisme (qui est une démarche politique) ne soient pas alors vus comme des racistes. Pour lui, l’objectif n’est pas de chasser les Juifs pour faire revenir les Palestiniens mais de reconnaître les erreurs du sionisme.

L’article permet à deux intellectuels israéliens de donner leur vision du sionisme, mais ne faudrait-il pas un troisième avis, plus modéré ? Le sionisme concerne la création d’un État juif en Palestine, et pourtant, on remarque qu’il n’y a pas d’avis d’un·e intellectuel·le palestinien·ne. Cet article met en évidence qu’il s’agit, en fait, d’un débat essentiellement politique. Gideon Levy écrit dans Ha’aretz, journal de centre gauche, avec des valeurs humanistes (d’ailleurs conformes à celles des premiers colons). À l’inverse, Gadi Taub est un personnage de droite (il soutient le Likoud, parti sioniste libéral et capitaliste). Cela pourrait laisser penser qu’en plus d’une opposition sur la notion d’antisionisme, il y a une opposition entre gauche et droite. Pourtant le sionisme n’est pas forcément une question qui peut se situer dans les désaccords du clivage gauche-droite et c’est pourtant l’impression que peut donner cet article. Il manque, me semble-t-il, une partie dont le but serait d’être la plus objective et la plus factuelle possible. Ce serait une partie sur l’évolution du concept de sionisme. À l’origine, le sionisme est la nécessité de créer un foyer juif en Palestine. Or l’état d’Israël existe depuis 1948, ce qui induit, sauf à exiger la destruction d’État d’Israël, que le but du sionisme est atteint. L’antisionisme aujourd’hui est davantage un combat contre la politique d’Israël (refus d’un état binational, colonisation des territoires palestiniens etc.).

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige