Collectif de Soutien aux Invisibles de la Gironde

un collectif comprenant des citoyens, des associations comme ATTAC 33 ou Médecins du Monde Aquitaine occupent actuellement la Bourse du Travail à Bordeaux dans l'attente de solutions d'urgence et pérennes pour les personnes à la rue .

Voici un résumé de la situation catastrophique à Bordeaux et sûrement ailleurs....
Afin de sensibiliser un maximum de personnes et avoir un peu de soutien médiatique nous avons besoins de relais pour ce message

"Non aux expulsions et oui à un hébergement décent pour tous ! Ce mardi 16 juillet à la Bourse du Travail de Bordeaux sont venues se réfugier de nombreuses personnes suite aux expulsions massives de squats ces dernières semaines.

Après deux audiences avec la Directrice de cabinet de la Préfecture les 11 et le 16 juillet, nous avons compris que la Préfecture ne tient pas compte de l’urgence de la situation. Elle a aggravé une situation déjà très tendue sur la question de l’hébergement. Il y a au moins 2000 personnes à la rue en ce moment : hommes, femmes, enfants, familles dont certains malades et tous en souffrance.

Cette situation est illégale, inacceptable, choquante, violente et inhumaine. La seule réponse de la Préfecture est la répression policière comme lorsqu’elle a évacué les squats avec des forces de police et a tenté d’évacuer ceux qui étaient réfugiés à la Bourse du travail le 15 juillet. La solidarité militante et associative s’est organisée car il n’est pas question pour nous de ne pas réagir à l’urgence de centaines de sans logis, laissés sans avoir de quoi se nourrir, se laver se soigner...

C’est la politique des gouvernements français qui est responsable de la situation de nombreuses personnes et réfugiés avec ou sans papiers abandonnés dans la rue. C’est aux pouvoirs publics, à l’État, à la Préfecture qui en ont le pouvoir et les moyens, de prendre immédiatement leurs responsabilités.

Il existe 20 000 logements vides de qualité à Bordeaux et dans la Métropole. Les sans-logis doivent recevoir l’accueil, l’aide et les soins dont elles/ils ont besoin, comme l’exige la loi. La loi de réquisition des logements vides doit être appliquée afin de permettre à ces milliers de personnes de vivre décemment et pour certaines, de trouver vraiment asile en France.

Par conséquent, nous, organisations et associations signataires, exigeons: un toit pour tous, la liberté de circulation et d’installation pour tous/tes et la régularisation des sans-papiers.

Les présents et les organisations signataires ont décidé de s’unir dans le combat pour :

1- Obtenir des hébergements d’urgence

2- Exiger des hébergements pérennes

3- Empêcher de nouvelles expulsions.

Premières organisations signataires : Collectif Bienvenue , Collectif de l’Ascenseur, Collectif de la Zone du Dehors, Médecins du Monde Aquitaine, Ligue des droits de l'Homme, AREVE, Tri, Potes et Mascagne, Fasti Bordeaux, Les Enfants de Coluche -Bordeaux Métropole-, DAL 33 Gironde, Contre Les Abus Policiers - Clap33, OPA, Les Maraudeurs, ARTS -Accueil des réfugiés de Talence et Solidarité, Observatoire Girondin des Libertés publiques, Ovale Citoyen, RESF 33, UD Cgt Gironde, CGT CDC, Cgt Ford, UL CGT Bordeaux-Nord, Solidaires 33, Sud Santé Sociaux 33, Sud Emploi, Sud SFR Jeunes révolutionnaires, NPA Bordeaux 33, ATTAC 33, CGT Carsat, Sud Safran Ariane Group, Sud Rail Bordeaux… Avec le soutien de l’association Tous Migrants et de Cédric Herrou.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.