Luc Bentz
Continue à essayer de comprendre le monde et, à défaut, de lui trouver un sens.
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 sept. 2019

Accompagnement des sorties scolaires: non à l'hystérisation

J'exprime ici mon point de vue à la suite de la médiatisation d'un tract électoral de la FCPE sur l'accompagnement par les parents des sorties scolaires. J'ai réagi, de manière incidente, à une prise de position que je désapprouve. En toute liberté... de conscience.

Luc Bentz
Continue à essayer de comprendre le monde et, à défaut, de lui trouver un sens.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Présentation

Ce billet reprend un fil Twitter en réaction aux hystérisations de toute nature qui ont pu suivre une communication de la FCPE (que je juge personnellement maladroite par sa focalisation) sur l'accompagnement des sorties scolaires par les parents d'élèves. J'ai bien le sentiment d'être en désaccord avec certains de mes amis, sans satisfaire les autres (ce qui n'est pas mon but). Je pense qu'il faut «raison garder» (au sens fort du terme). Je le dis d'autant plus que je suis un adversaire résolu du communautarisme et des assignations à la fois essentialistes et identitaires qui sont des enfermements. Je livre mon point de vue. Il découle du droit à la liberté de conscience inscrit dans la loi du 9 décembre 1905 à laquelle, comme militant laïque, je suis particulièrement attaché.

Ma réponse a pris la forme incidente d'une réponse à un communiqué du Grand-Orient de France, avec lequel je suis en désaccord. Je ne compte pas cette prise de position au rang des expressions hystérisées que j'évoquais (je le précise d'emblée). Et, non-maçon moi-même, je combattrai l'hystérie antimaçonnique dont j'ai trouvé continûment des traces dans le Journal officiel du régime de Vichy tout au long de la période 1940-1944. Cette réponse me trottait dans la tête: elle aurait pu prendre la forme d'une réponse à un autre tweet ou à un fil motu proprio (si je puis dire).

Je livre ici mon point de vue en reprenant mes gazouillis (et celui auquel je réponds). Chacun en pensera ce qu'il veut. Je n'entends pas dialoguer à ce propos (ici en tout cas). Et c'est pourquoi les commentaires resteront fermés.

Fronton du groupe scolaire Pauline-Kergomard, F-95200, Sarcelles (2019) © Luc Bentz (photo personnelle), licence Creative commons CC-BY-NC-SA.

Le tweet qui m'a conduit, de manière contingente, à m'exprimer

Communiqué du@godfofficiel du 27 septembre 2019. Le Grand Orient de France déplore de voir le syndicat de parents d'élèves FCPE produire un document électoral qui bafoue le principe de laïcité au sein de l'école de la République. Lire la suite : https://bit.ly/2n7rLfk [Voir le tweet: https://twitter.com/i/status/1177522524365742080].

Mes réponses en 12 tweets (regroupés)

Le GODF devrait savoir, lui notamment, que la FCPE est une association et non un syndicat. Je me permettrai de contester la formulation «bafouer le principe de laïcité AU SEIN de l'École de la République» (cc: @fcpe_nationale).

Je ne sache pas que @FCPE_nationale remette en cause le respect du principe de neutralité des enseignants ou des intervenants DANS l'école (y compris animateurs sportifs au stade). Il s'agit d'accompagnement de sorties scolaires par des parents. Personnellement, je ne trouve pas cette campagne très maligne (c'est mon point de vue), mais je désapprouve les prises de position relativement hystériques qu'elle a déclenchées, sinon provoquées.

Il eût été préférable qu'un débat raisonné, fondé en droit, s'établît. Or, en la matière, on est au-delà du champ de la loi de 2004 et, une nouvelle fois, les réactions de certains vont faire les choux gras des tenants du communautarisme politico-religieux. Si l'on considère ce que demande l'institution, non sans ambiguïté sur les sorties scolaires et compte tenu de la jurisprudence, voir le Vadémécum (orthographe rectifiée) La laïcité à l'École, p. 91-92. Voir Éduscol: https://cache.media.eduscol.education.fr/file/laicite/07/9/Vademecum_Laicite_1179079.pdf.

On peut certes penser que la loi devrait étendre aux accompagnateurs les obligations des enseignants. Tel n'est pas le cas. En la matière, on est «à la lisière» des établissements scolaires, dans toute la polyvalence du terme), ce peut être un délicat exercice compte tenu des possibles contrôles de constitutionnalité et de conventionnalité. Il faudrait en apprécier attentivement les enjeux.

La question n'est pas seulement de se faire intellectuellement plaisir (ça ne coûte pas cher), vu de la rue Cadet, de la rue de Grenelle ou d'ailleurs. Moi je vois aussi ces choses-là d'où je vis, où j'ai exercé: à Sarcelles. Et j'y ai toujours vu les parents comme des personnes que n'enfermaient pas des assignations extérieures à leur position de parents (ce qui, la bonne intention n'évitant pas la maladresse, a été me semble-t-il le fait de la FCPE: mais c'est une association majeure).

J'ai bien le sentiment, m'exprimant ainsi, de déplaire à certains de mes amis sans complaire pour autant aux «fractionnaires» de tout poil. Mais je ne saurais contraindre moi-même, défenseur de la loi de 1905 telle qu'elle est... ma liberté de conscience.

Laïquement vôtre...

Luc Bentz

Je précise :
a) que je ne compte pas la prise de position du GODF au rang des prises de position hystériques.
b) que, compte tenu de mon refus des hystérisations réciproques, je me tiens hors des «échanges» Laurent Bouvet/FCPE que, d'ailleurs, la justice tranchera.

Le «Moment Twitter» : https://twitter.com/i/moments/1177981316836548608.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau