Je ne suis pas d'ici

Pensée sur Paris

Vous pourrez comprendre: je ne suis pas de maintenant.
Ici, à Paris, je ne reconnais plus ma ville, celle des 17ème et 18ème siècle par exemple…
Quand la ville était belle.
Certains me répondront qu’elle n’était pas « assainie », que des maladies s’y propageaient, mais cela ne change rien. La ville était belle, magnifique même, splendide…
Aujourd’hui la ville est triste, laide. Même cet héritage ancien magnifique ne suffit pas à nous faire oublier ces trottoirs immondes, ce macadam déversé sur l’espace public, ces plots, bornes et bites métalliques qui ornent nos trottoirs, ces véhicules laids et polluants, bruyants, qui tuent notre plaisir d’habiter ici.
Paris est devenue vulgaire. La proie des spéculateurs qui défigurent ses anciens terrains industriels ou ses terrains ferroviaires, pourvu qu’ils y coulent à flot du béton sous la forme de gros bâtiments tous plus laids les uns que les autres.
Je ne sais pas pourquoi; presque tout le monde se tait sur ce sujet ! Avons perdu la mémoire, même ancienne, avant que nous ne soyons nés?
Je m’en souviens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.