de-fense-de-jjmu

Le 27 juillet 2014, Jean-Jacques M’U, éditeur et activiste militant, publiait sur son blog de Mediapart un article du Comité Abolition du Nucléaire Sud-Est dénonçant la souscription par la municipalité socialiste d’Avignon d’une convention de mécénat avec le géant du nucléaire AREVA, permettant notamment à cette société de s’associer à des activités scolaires dans des écoles de la ville. Cet article soulignait la compromission de la majorité des élus du conseil municipal parmi lesquels trois militants de EELV. Il fustigeait en particulier « une stratégie de manipulation à grande échelle d’un lobby insufflant ses propres productions idéologiques auprès de ses affidés et des structures publiques et para-publiques (ANPE, écoles…), mais aussi dans les organisations censées s’opposer à lui, voire le combattre ». Précisant : « On ne s’étonnera donc pas de voir ainsi EELV et d’autres structures et fédérations plus pénétrables du fait de leur flottement de positionnement et d’ambitions personnelles se faire les chantres et mettre en place des “opérations” marketing du style “chaîne humaine pour la transition énergétique” ou “accueil des enfants de Fukushima”, plutôt que d’opter pour une position rationnelle et cohérante de lutte pour l’arrêt immédiat et inconditionnel du nucléaire ».

Jean-Jacques M’U avait relayé la totalité du texte dans le billet concernant ce sujet (son commentaire ici ), ce qui équivaut à en endosser la responsabilité juridique, détail qu’il ne connaissait pas. Il s’est ainsi retrouvé rapidement poursuivi en diffamation en compagnie des auteurs du tract par la multinationale, dont c’est un procédé de dissuasion systématique. Il doit maintenant trouver la somme de 2500 € pour payer sa défense et la convocation des témoins à son procès. On peut le soutenir et lui faire part de sa solidarité en ligne : https://morning.com/c/9mFurc/Soutien-au-blogueur-antinucleaire-JJMU , ou à son adresse : Jean-Jacques Masot-Urpi, 5 rue Molinié Montagne, 46300 Gourdon.

• Son nouveau blog : http://kaos.over-blog.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

L'auteur de la pièce de théâtre :

(source : https://www.google.fr/search?q=wikipedia+christophe+bataille&ie=utf-8&oe=utf-8&gws_rd=cr&ei=ERT7WL7EIMPvUOCVs7gB)

Christophe Bataille, né le 14 octobre 19711 à Versailles1, est un écrivain français.

 

 

Biographie

Après des études de gestion à l'école des Hautes études commerciales (Paris)[réf. nécessaire], Christophe Bataille travaille 2 ans à Londres en coopération pour L'Oréal. C'est là qu'il écrit son deuxième roman, Absinthe, suivant le succès du premier, Annam, bien accueilli par la critique.

De retour à Paris, il change de métier en 1995 et passe dans le monde de l'édition chez Grasset tandis qu'il continue d'écrire la nuit.

Depuis janvier 2007, il soutient Bibliothèques sans frontières, une jeune ONG qui vise à faciliter l'accès au savoir dans les pays en développement.

Œuvre

prix du premier roman et prix des Deux Magots 1994

  • Absinthe, Arléa, 1994

prix de la Vocation

  • Le Maître des heures, Grasset 1997
  • Vive l'enfer, Grasset, 1999
  • J'envie la félicité des bêtes, Grasset, 2002
  • Quartier général du bruit, Grasset, 2006
  • Le Rêve de Machiavel, Grasset, 2008
  • L’Élimination coécrit avec Rithy Panh, Grasset, 2012 (ISBN 978-2246772811)

prix Essai France Télévisions, prix Aujourd'hui, prix Joseph-Kessel et prix livre et droits de l'homme de la Ville de Nancy, tous obtenus en 2012

  • L’Expérience, Grasset, 2015

 

prix « Un certain regard » au Festival de Cannes 2013

Notes et références

  1. a et b Notice BnF no FRBNF123557918

Liens externes

Catégories :

| [+]