Le Pas de côté # 13 : Balise pop

Installation collective relative au populisme, que nous proposons dans notre observatoire artistique de la rue Louise Michel en écho à cette tendance politique actuelle.

 

L’installation se présente sous la forme d’une dispersion de multiples dessins de têtes regroupés en ensembles jonchant le sol, exécutés au jour le jour le jour par Jean Maureille avec la cendre de cigarillos sur l’intérieur de leur boîte lorsqu’il arrivait au terme de leur consommation. Sur les murs latéraux, j’ai disposé des fragments de ceps de vigne qui rythment en contrepoint leur surface. Sur le mur frontal, font face un objet rutilant insolite, à la fois pénien et cordimorphe signé Jean Maureille et une peinture de personnage hagard plutôt incertain et malmené, dans ma facture habituelle.

 

 

balise-pop-mur-de-face-ok1

 

Installation Balise pop, Jean Maureille et Luc Rigal, 2017 Installation Balise pop, Jean Maureille et Luc Rigal, 2017

 

Balise pop, Jean Maureille, 2017 Balise pop, Jean Maureille, 2017

 

 

Jean Maureille, 2017 Jean Maureille, 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte d’accompagnement de l’exposition :

 

Depuis la mutation de la société de classes en société de masses, le pouvoir n’en finit pas de se désagréger et il serait bien inutile de chercher une issue conséquente à la déliquescence du pouvoir par une reprise en main musclée de son autorité. Le capitalisme n’accomplit son œuvre de consumation qu’en correspondance avec la consumation du pouvoir. En proie au discrédit de leur fonction, les politiques ont donc toutes les difficultés à se donner encore pour indispensables, et leur intégrisme de l’orthodoxie politique doit s’adjoindre des trésors de morale compassionnelle et de vertu déclarée pour les maintenir à flot. Pas plus que les politiques ne sont capables d’endosser l’arbitraire de la défaveur sociale qui les cerne, les intellectuels ne sont disposés à s’adjuger la souveraineté de leur pensée. Les deux sont en effet interdépendants dans la conservation de l’ordre existant qui joue le décrochement de la sphère techno-spéculative de celle du gouvernement politique.

Dans la comédie du pouvoir qui unifie l’ardeur des politiques avec celle des médias et des intellectuels, les masses sont engagées dans une partition contradictoire propre à dérouter leurs guides conventionnels. Le silence des masses appartenait encore à la montée en puissance des réseaux d’information et de communication, l’imprévisibilité violente des masses appartient à celle de leur saturation et de la dispersion algorithmique de la finance. La masse n’est pas le social, mais la condensation du stock de participation humaine à la circulation des échanges, autrement dit l’extinction du social et sa conservation sous forme de simulacre. Sa culture n’est pas la culture populaire, mais une hyperculture distincte des besoins, des territoires et des particularismes humains qu’une inflation de signes structure et réactive en permanence. Son actif est fait de boulimie, de pillage et de manipulation, non d’assimilation et d’instruction raisonnée.

Sous les oripeaux de la république universelle, un foisonnement de communautés ethniques se livrent dorénavant une guerre concurrentielle pour la survie territoriale et la sécurité. C’est la caractéristique sociale du Nouvel Ordre Mondial que le modèle communautariste anglo-saxon incarne partout où les règles du libre-échange prédominent. La relégation par le marché des catégories populaires à l’écart des grandes agglomérations urbaines fait apparaître une majorité hostile aux effets de la mondialisation, mais la déculturation politique et sa conversion en effectivité utile rabat sa négation sur des thématiques complices avec l’État : nationalisme identitaire et mystique du peuple souverain. « Populisme » est l’axiome péjoratif des médias et des classes supérieures utile dès lors à qualifier, pour mieux en contenir la menace, la mobilisation grandissante de la masse contre l’exploitation systémique des flux et des inégalités humaines.

 

 

Installation Balise pop, Jean Maureille et Luc Rigal, 2017 Installation Balise pop, Jean Maureille et Luc Rigal, 2017

 

 

 

balise-pop-vitine-ok3

 

 

 

Balise pop, installation de Jean Maureille et Luc Rigal, galerie autonome Le Pas de côté, 37 rue Saint-James/Louise Michel, Cahors. Du 1er février au 30 avril 2017.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.