Lucas Alves Murillo
Historien de formation, spécialiste de l'histoire du sport et du monde arabe. Collaborateur de RetroNews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France.
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 déc. 2018

Combattre le pire n'est pas une promesse

Le mouvement des gilets jaunes et les violences qui découlent de celui-ci posent de nombreuses interrogations, notamment sociales et économiques. Cependant, tenter de trouver une explication à la Genèse de cette contestation nous pousse vers la question politique. Tout cette violence cache le pêché originel du régime actuel : l'absence du choix pour le citoyen.

Lucas Alves Murillo
Historien de formation, spécialiste de l'histoire du sport et du monde arabe. Collaborateur de RetroNews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Demain aura lieu l'acte IV de la mobilisation des gilets jaunes. Les semaines que nous vivons sont la plus grande crise sociale (et la première) du quinquennat d'Emmanuel Macron. La réforme ferroviaire et la Loi Travail 2.0 n'eurent aucune véritable opposition, du moins, ces oppositions furent loin d'êtres appuyées par une majorité de la population. Le mouvement des Gilets Jaunes est celui de toutes les interrogations. Tout peut arriver et nous pouvons trouver n'importe quel profil parmi ces gens qui occupent ronds points et défilent sur les Champs-Elysées chaque samedi depuis bientôt un mois. Pour comprendre cette crise du pouvoir macroniste il faut faire un bond dans le passé et revenir au commencement de tout : l'élection présidentielle.

En réalité, il faut remonter quelques mois avant le dénouement de Mai 2017. Au début de cette même année, durant la campagne présidentielle. La situation était claire pour bon nombre d'analystes et de médias : Marine Le Pen serait au second tour. Le tout, désormais, était de savoir qui l'accompagnerait. Le calcul était simpliste, voire risible, celui ou celle qui serait au second tour serait élu Président de la République car il ou elle aurait à affronter la présidente de l'ancien Front National (Aujourd'hui Rassemblement National). Et bien sûr la réserve de voix serait forcément favorable à l'adversaire de cette dernière. Par exemple, au moment de la victoire de François Fillon lors de la primaire des Républicains certains avancèrent sans broncher que nous tenions le futur président. Une affaire d'emploi fictif plus tard et était envoyé au second tour Emmanuel Macron, la comète politique des derniers mois.

Nous connaissons tous la suite des paroles de cette chanson. Là est le commencement de tout : le choix. Ce choix des électeurs venait de se dérober au cours de cette élection (et pas seulement pendant mais durant de longs mois qui précédèrent l'élection). L'élection présidentielle était joué d'avance, du moins pour celui ou celle qui se hisserait au second tour face à Marine Le Pen. Le choix n'avait pas existé au cours de cette élection. Les péripéties politiques décidèrent de bannir ce choix. L'électeur n'était pas maître de l'élection et donc du quinquennat futur, et ceci, dés le départ. 

Cette attitude, ou même cette maxime du « éviter le pire » va se transformer en véritable rengaine dans l'exercice du pouvoir. Tout d'abord sur le plan économique. Il y a quelques mois le Président de la République utilisait l'expression suivante : « gaulois réfractaires au changement ». Il avait tenu ces propos lors d'une visite au Danemark, opposant ainsi Danois et Français. Même s'il déclara avoir commis une erreur avec ces mots, la plaisanterie était parlante. La politique économique du quinquennat se présente comme la seule possible. Les demandes et autres directions ne pourraient êtres viables économiquement. Le discours économique gouvernemental tente de faire passer que la logique défendue par le pouvoir est la seule alternative crédible pour l'emploi et la compétitivité des entreprises françaises. Ceci est notamment expliqué dans ce papier de Romaric Godin. Le choix d'un autre modèle économique nous est interdit.

Sur le terrain politique, la cohérence est de mise avec les discours économiques. Lors des premiers sondages des européennes, le discours du Printemps 2017 faisait peau neuve pour l'Automne 2018. Le risque de voir le Rassemblement National au coude à coude avec le parti présidentiel LREM faisait naître une nouvelle opposition dans le discours. L'élection devait opposer « progressistes » et « conservateurs ». Une nouvelle fois, le président à travers les élections européennes devrait être le meilleur rempart pour éviter de voir le RN en premier parti de France.

Dix-huit mois se sont écoulés depuis l'élection présidentielle qui porta Emmanuel Macron à l'Elysée et pourtant, le discours reste le même. Le choix n'existe pas tant au plan économique que politique. Cet état de fait psychologique dans l'absence d'issue fut accentuée par la communication. En effet à chaque mécontentement, on usait allègrement du terme de « pédagogie ». Ainsi en plus de voir son rôle d'électeur disparaître, nous voyons notre rôle de citoyen disparaître par cette infantilisation. Avec l'arrogance présidentielle, incarnée par le désormais célèbre « qu'ils viennent me chercher », le tableau était complet.

Le cadre social se fracturant, le mouvement des gilets jaunes fut aussi soudain que puissant et violent pour l'exécutif et le gouvernement. Depuis quelques années les discours du pire face à la montée des extrêmes abîmèrent l'idée de la démocratie représentative. Le choix disparu, certains, dos au mur, n'avaient justement plus le choix. La hausse des taxes sur le prix du carburant ne fut que l'étincelle. Le choix de la démocratie c'est le choix du meilleur, du meilleur pour une société et par extension, le choix de la justice sociale.

Perdre le choix c'est perdre la voix. Ainsi, bien que l'objectif n'est pas de comparer les contextes et les époques il est bon de rappeler ce que disait Martin Luther King pour mieux mettre en perspective le rapport entre choix et violence : « L'émeute est le langage de celui qui n'est pas entendu ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana