Droit de réponse à Madame Valérie Pécresse et Monsieur Karl Olive.

POUR LA RÉSILIENCE DE LA JEUNESSE: "Je prends aujourd’hui parti contre vous dans une lettre solennelle pour vous alerter. Oui, vous avez besoin d’être cadré-es. Surveillé-es, et confronté-es à vos contradictions."

Peltier-Séné Lucas-Arthur,

 

 

à l’attention de Madame la Présidente Valérie Pécresse, et Madame la Vice-Présidente de la Région Île-de-France Alexandra Dublanche, et de Monsieur le Vice-Président du Conseil Départemental des Yvelines et Maire de Poissy Karl Olive.

 

 

Chers et chères responsables politiques,

Je prends aujourd’hui parti contre vous dans une lettre solennelle pour vous alerter. Oui, vous avez besoin d’être cadré-es. Surveillé-es, et confronté-es à vos contradictions.

Ce dimanche 28 février 2021, Madame la Présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, était l’invitée de l’émission « Le Grand Jury » sur la chaîne d’information LCI. Questionnée sur la délinquance des jeunes, vous vous êtes faite la défenseure d’une politique anti-sociale de punition en plébiscitant la proposition de Monsieur Karl Olive, Vice-Président du Conseil Départemental des Yvelines qui, à l’image de Madame Le Pen et de cette droite « famillialiste » souhaiterait la suppression d’aides sociales aux parents de mineur-es délinquant-es. Fait acté en février au Conseil Municipal de Poissy dont il est le Maire. De même, ce vendredi 12 mars, vous avez annoncé vouloir un « sursaut national » pour faire face à ces « nouveaux barbares ». Outre cette insulte altérisante, vous avez prôné la mise en place de polices municipales armées obligatoires, de vidéo-surveillance par drones ou caméras, mais aussi de prisons pour jeunes en plus de sanctions tels que des Travaux d’Intérêt Général ou des « réparations ». Pourtant, vous avez annoncé la mise en œuvre d’une allocation à destination des jeunes afin qu’ils/elles puissent trouver une formation ou un emploi. Pourtant, vous, Madame Pécresse, Présidente de la Région la plus riche du pays, et ancienne Ministre du Budget sous la Présidence de M. Sarkozy, vous avez acquis l’expérience des crises économique et sociale : celle de 2008, et celle que nous vivons actuellement, qui n’annonce – vous le présentez dans vos ambitions présidentielles – rien de bon. Nous aurions espéré que votre intérêt pour les Droits de l’Enfant vous aurait amenée à prendre position contre cette éventuelle mesure.

Surveiller et punir. Ne pas accompagner et sévir. La délinquance est un fait social davantage présent dans les classes populaires. Vous le savez, selon le territoire, la pauvreté, la précarité, l’exclusion sociale et l’accès à l’enseignement de qualité sont inégalitaires. Vous le savez aussi, certains parents (couples et femmes isolées) ne savent pas s’occuper de leur(s) enfants(s), sont dépassé-es, démuni-es face à la charge mentale et économique que représente la tâche d’élever un enfant et de l’inclure au sein de la société. La maltraitance des enfants, délibérée ou non, existe dans notre pays. Et les moyens fournis par l’État et ses pendants – les Régions et les Départements – ne sont ni efficaces, ni suffisants pour lutter activement contre ces maux. Vous parlez de « réparation », mais ce que cassent ces jeunes délaissé-es, c’est leur avenir. Et vous ne garantissez ni leur autonomie ni leur émancipation de leurs conditions sociales qui les amènent à la violence. Monsieur Olive, en ne prenant position que pour une responsabilisation individuelle, vous commettez une grave erreur : en considérant que chaque individu possède dans son essence les qualités nécessaires pour s’occuper d’un enfant, vous avez estimé que la méconnaissance de certains parents en matière de protection de leur enfant était volontaire.

Je suis issu de l’Aide Sociale à l’Enfance. J’ai été placé deux fois. Après un placement de quatre ans je suis retourné chez ma mère. J’étais « un délinquant ». Je brûlais les poubelles, rayais les voitures, cassait du matériel public. Ma mère ne savait pas s’occuper de nous. Elle était présente, mais démunie. Au R.S.A., malade, sans-emploi et sans accompagnement psycho-social, on avait vendu à ma mère provenant d’une famille pauvre du Nord de la France un idéal famillialiste. À défaut de pouvoir s’inclure dans une société, on peut être riche d’enfants. Jamais on ne l’a « formée ». Jamais, on ne l’a accompagnée sur ces questions. Cette histoire fait écho à des milliers d’autres.

Votre camp politique qui promeut la famille comme étant un espace d’équilibre et d’amour insulte en réalité des milliers d’enfants maltraités, battus, délaissés par des parents violents car non-aidés, car non-accompagnés. Votre camp insulte aussi ces familles monoparentales qui sont grandement concernées. On ne naît pas parent. Ma mère aurait-elle dû être sanctionnée ? Nos seuls moyens d’accès à la Culture, au Loisir écartés ? Je vous le demande solennellement : priver de droits des familles – certes « défaillantes » en terme de protection mais nombreuses – au titre que la délinquance des mineur-es nuit à la sécurité publique, est-ce véritablement efficace pour lutter contre ce fléau ? Écarter des moyens d’inclusion fondamentaux les exclu-es ? est-ce éthique ? Est-ce véritablement votre mission ? Vos déclarations et vos aspirations manquent de cohérence. Une dernière question : avez-vous consulté les associations et acteur-ices de terrain afin d’avoir une expertise claire et empirique de ce phénomène ?

Nous avons des réponses. Écoutez-nous. Accompagner, inclure, assurer. Ce n’est pas en punissant et en appauvrissant les bas que vous les élèverez vers le haut. En tant qu’ancien de l’ASE et militant pour les Droits des Enfants, j’attends une réponse claire à mes questions. Et des arguments valables face aux demandes suivantes que je fais au nom de mes sœurs et de mes frères :

  • Des investissements correspondants aux besoins de formation d’accompagnant-es et de travailleur-euses sociaux-ales avec une action rapide et localisée pour les territoires en manque d’effectifs et de moyens.

  • La création d’un service d’accompagnement à l’éducation parentale et l’intégration d’ateliers éducatifs dans le parcours de pré-natalité.

  • Des campagnes de prévention au sujet des maltraitances délibérées ou non (violences familiales, délaissement…).

  • Reconnaissance d’une présomption de Minorité pour les Mineurs Étrangers Non-Accompagnés afin de leur assurer un suivi socio-éducatif.

  • Création d’un Conseil Consultatif afin de connaître l’efficacité des mesures prises et l’avis des concerné-es : enfants placé-es ou accompagné-es par l’ASE, travailleurs et travailleuses sociales, professionnel-les de santé, associations.

  • Annulation des mesures prises à Poissy concernant l'arrêt du versement d'aides sociales "secondaires" aux familles de délinquant-es.
  • Madame Pécresse, je souhaite que vous poursuiviez votre engagement en prenant explicitement position à propos des défaillances départementales au niveau de l’ASE. Tant pour les déclarations de Monsieur Olive, tant que pour la pratique légitimée par Madame Marie-Laure Godin, Vice-Présidente du Conseil Départemental des Hauts-de-Seine chargée des affaires sociales, qui autorise délibérément les placements en hôtels (ils concerneraient environ un tiers des enfants placé-es).

 

Prouvez-nous votre réel intérêt pour la Protection de l’Enfance. Prouvez-nous que vos déclarations ne sont pas une tactique électorale afin de séduire ceux et celles qui méconnaissent les fondements de ces réalités. Prendre le problème à sa racine pour accompagner à la résilience de jeunes délaissé-es, voilà ce qui vous vaudrait la reconnaissance de milliers de jeunes anciennement ou actuellement placé-es, ancien-nes délinquant-es, ancien-nes laissé-es pour compte.

 

Avec espoir et respect,

Mesdames, Monsieur, veuillez agréer l’expression de mes sincères salutations,

 

 

Lucas-Arthur Peltier-Séné,

Ancien de l’ASE et solidaire.

 

 

 

Sources:

https://fr.calameo.com/read/002274607028fd4af452e

https://www.leparisien.fr/politique/rixes-entre-bandes-valerie-pecresse-veut-rendre-obligatoire-des-polices-municipales-armees-12-03-2021-8428289.php?xtor=AD-366

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.