Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

280 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2022

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Y aurait-il un loup ?

La logique aurait voulu que les deux initiatives du 29 septembre et du 16 octobre soient conçues et préparées en complémentarité l’une de l’autre.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le jeudi 22 septembre, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, dans la deuxième partie de l'interview qu'il a donnée à LCI (1) a opposé le 16 octobre, jour de la marche sur Paris organisée par la Nupés au 29 septembre, journée d'action des organisations syndicales. Pourquoi cette précipitation alors que les syndicats à l'initiative du 29 septembre avaient annoncé qu’ils attendraient de voir ce que donnerait leur propre initiative avant de répondre à la Nupes pour le 16 octobre et qu’ils avaient précisé qu'ils le feraient le 4 octobre ?

A plusieurs reprises, j’ai écrit que ce point de vue était à leur honneur. Il signifiait aussi qu’il n’y avait pas d'opposition de principe à leur participation à la marche sur Paris. Or ce jeudi matin, Philippe Martinez a avancé, avant la réunion du 4 octobre avec ses partenaires, pour dire que la CGT n'en serait pas, une série d’arguments à mes yeux plus déroutants les uns que les autres.

Ainsi, il trouve aujourd’hui que la plateforme du16 octobre -la vie chère et le réchauffement climatique- n’est pas assez précise. Que ne propose-t-il d’en améliorer les formulations ? Il reproche à la Nupes  d’avoir ajouté le dérèglement climatique pour concerner plus de monde, c’est à dire ce que font les syndicats en permanence. Il n’y a qu’à lire la plateforme revendicative du 29 septembre pour s’en convaincre.

Est aussi reproché au 16 octobre d'être un dimanche et de ne pas permettre la grève. Mais personne ne proposant d’annuler le 29 septembre, un jour de semaine qui permettra donc de recourir à la grève, ce qui sera très observé, d’abord par le gouvernement.

Philippe Martinez estime aussi que monter à Paris quand on réside dans le sud est un gros inconvénient. Il a été surmonté à maintes reprises dans le passé par la CGT et d’autres syndicats organisateurs du 29 septembre, le mien en particulier, la FSU. 

Enfin, le secrétaire de la CGT laisse entendre que les  partis politiques voudraient dicter leur conduite aux syndicats. Accusation très grave qui, si elle était fondée, aurait dû conduire ces derniers à dire « non » depuis des semaines au lieu de dire « peut-être ».

Tout le monde aurait compris. Il y a donc un loup.

La logique aurait voulu que les deux initiatives soient conçues et préparées en complémentarité l’une de l’autre. La première avec des grèves dans les entreprises sur des mots d’ordres très sensibles pour les salariés. La seconde, un dimanche, pour permettre aux familles et à la jeunesse de rejoindre le monde du travail sur deux grandes préoccupations partagées par les unes et l’autre. Et un dimanche sur Paris comme l’ont fait tant de fois les gilets jaunes.

Pourquoi une argumentation aussi peu convaincante alors que la première partie de l’interview était excellente ? Pourquoi brandir artificiellement une opposition en prenant le risque d’affaiblir le 29 septembre et le 16 octobre, alors que la situation est si difficile pour tant de concitoyens en cette rentrée et que le gouvernement de M. Macron annonce qu’il va repousser à 64 ans l’âge donnant droit à la retraite et une cure d’austérité d’une ampleur inédite ?

Chercherait-on par avance des boucs-émissaires à une mobilisation syndicale qui ne serait pas au niveau des espérances ?

 Il est encore possible de remettre les choses à l’endroit en misant sur l’unité d’action.

(1) Ici le lien qui renvoie sur l'interview de Philippe Martinez : https://www.youtube.com/watch?v=GL48BKGicqQ

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit