Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

260 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mars 2022

Déjouer ce qui avait été écrit et qui paraissait désespérément inévitable.

Dans moins de deux semaines, qu'ils ne manquent pas d'utiliser le si rare pouvoir dont ils vont disposer pour renverser une table dont, désespérément, ils estimaient qu'elle était servie depuis longtemps.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le rapport des forces politiques, elles comptent toutes. Celles de l'extrême droite en particulier puisqu'elles pèsent plus lourd que toutes les autres.

Il est donc naturel que des électeurs de gauche souhaitent créer les conditions qui permettent d'éliminer, dès le premier tour, ce qui à leurs yeux est le plus dangereux pour la démocratie et la vie en société. C'est aussi une manière pour eux de redonner de l'éclat à leur camp, la gauche.

Bien des fois, ils ont barré la route à la famille Le Pen au deuxième tour d'une élection présidentielle. En d'autres occasions, ils sont même allés jusqu'à s'effacer pendant plusieurs années, désertant des assemblées régionales. Résultat : cette extrême droite raciste, xénophobe, antisémite est en France à un niveau parmi les plus élevés de l'Union européenne.

Elle a désormais son canal fascisant, celui qui a noirci de monde la place du Trocadéro à Paris.

Et pour une fois unis, le PS, le PCF et les Verts souhaitent par-dessus tout que cette extrême droite, derrière les idées nauséabondes de laquelle ils viennent de courir pendant cinq ans, soit présente au deuxième tour afin que ce ne soit pas Mélenchon qui y parvienne.

Ce dernier leur a fait la mauvaise surprise, malgré leurs efforts et ceux de Macron, de se retrouver en meilleure position qu'en 2017.

C'est sans doute ce qui pousse l'ancien président socialiste François Hollande et la candidate de leur parti à lui réserver tous leurs coups jusqu'à en faire un candidat de l'étranger, un candidat ami du fauteur de guerre, le tsar Poutine.

En 1969, déjà, leurs prédécesseurs, Gaston Deferre et Michel Rocard, avaient empêché le candidat du parti communiste Jacques Duclos d'atteindre le deuxième tour à deux points près. Toute leur campagne avait consisté à reprocher à l'ancien résistant, au combattant du nazisme d'être le candidat de Moscou !

Les similitudes ne s'arrêtent pas là puisque nos deux compères, leur méfait accompli, s'empressèrent d'appeler à voter pour le représentant de la droite atlantiste. Ce fut Pompidou, le candidat de la droite gaulliste qui devait l'emporter. Le célèbre "blanc bonnet, bonnet blanc" avait marqué des points !

Cette fois, c'est à voter Macron et sa retraite à 65 ans qu'ils voudraient nous pousser, avec en prime, le silence dans les rangs.

Croyez-vous que ceux qui ont aidé par leurs choix à mettre l'Insoumis de Marseille sur un piédestal vont s'interroger sur leurs propres responsabilités ? Non, ils voient arriver avec terreur ce qui pour eux est une catastrophe, en se contentant de klaxonner contre le vote dit utile. Ce qui, à la veille des élections législatives, va encore élargir le fossé qui les sépare du monde du travail et de la création.

Ce sont les électrices et les électeurs qui vont avoir la main.

Dans moins de deux semaines, qu'ils ne manquent pas d'utiliser le si rare pouvoir dont ils vont disposer pour renverser une table dont, désespérément, ils estimaient qu'elle était servie depuis longtemps.

Tel est mon espoir le plus cher.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat