Toc Toc ! – Qui est là ? – Le génocide ! – Le génocide qui ? – Le génocide.

Ah ? Ce n’était pas une de ces bonnes vieilles blagues ? Non, non. Il est là. Et, pire, il déporte déjà.

Tu as toujours eu un petit problème avec le fait de vouloir à tout prix se référer à l’Histoire, et tu sais que tu as raison. Effectivement, si l’on compare les déportations nazies et les déportations chinoises d'aujourd’hui, les situations économiques et sociales sont à mille lieues d’être similaires. Et c’est peut-être pour cela que personne ne s’en inquiète. Car cela ne ressemble en rien à la montée en puissance d’un dictateur fou. Attendez, quoi que … Bon, admettons et oublions … la Chine n’est pas une dictature, si ? Ah.

Ce qui est beaucoup plus inquiétant, c’est que les pays riches eux-mêmes, de l’Europe à l’Outre-Atlantique, ne bougent pas le moindre orteil face à ce qui se passe, parce qu’ils ne peuvent simplement pas dans le contexte économique actuel. Ils y perdraient bien trop. Pas toi, le gueux, eux. Nous rassurons tout le monde à grand coup de « communauté Ouïghour ». Mais ce n’est pas qu’une communauté, à l’échelle mondiale, ce sont des musulmans. Toute la puissance néo-libérale est en train d’accepter qu’un pays déporte des gens croyants afin qu’ils soient réduits à l’esclavagisme ou tués pour récupérer leurs organes afin de les vendre à des pays plus aisés, sous appellation « organes hallal », dont les Émirats Arabes Unis sont les premiers friands. D’ailleurs, que ceux qui crient au grand remplacement et à la solidarité musulmane internationale prennent trois secondes pour réfléchir à ce point. Des millions d’esclaves, donc, produisent dans des camps, pour les occidentaux, des produits de luxe (Nike et Apple, entre autres), des habits de grande consommation, des produits Wish, ou autres biens faussement nécessaires. Si Raphaël Glucksmann, député européen, tire la sonnette d’alarme depuis des années, même quand la Chine appelait encore cela des « camps de rééducation », personne d’autre, pas même les médias, n’en parle. Pas même après ces images horribles de ouïghours en uniformes entassés dans un train. Un amer goût de déjà vu, non ? Donc, après les avoirs exploités jusqu’à la moëlle, tués, vidés de leurs organes, stérilisés, et gagné un montant incroyable d’argent sale, pensez-vous vraiment qu’ils s’arrêteront à leur première salve ? Quand il n’y en aura plus, ils iront les chercher un peu plus loin, comme simple moyen de production et d’enrichissement. Mais où ? Et qui bougera pour l’interdire ?

Tu as vu sur les réseaux des personnes être ravies face à ce qui se passe, souhaitant même un équivalent français, et tu as vomi après avoir trop bu pour oublier ces idiots. Ces mêmes personnes qui accusent les victimes de la colonisation française d’être un peu trop présentes voudraient soudainement une forme de recolonisation intra-muros. De l’esclavagisme, en somme. Ton humanisme pleure. Rien ne va, tu ne comprends rien tant rien ne tient dans leurs raccourcis et arguments. Mais bref, revenons à nos moutons. Aujourd’hui, le grand capitalisme a accepté la crise sanitaire mondiale causée par la Chine sans aucune demande d’hygiénisation de leur pays, accepte que Hong Kong se fasse piétiner, et désormais accepte une vaste déportation d’une minorité religieuse, prochainement mondiale. Tu as déjà signé 12 pétitions, arrêté de consommer de la merde inutile ou immorale, et après ?

Eh bien, après, tu observes. Tout comme la planète continuera de brûler au rythme de ton foie, le capitalisme consumera tout ce qui bouge, la vie humaine elle-même, pourvu qu’il tienne et qu’il puisse en profiter jusqu’à l’excès. Tu espères que vous serez assez nombreux pour lui faire un croche-pied, juste ça, pour sauver tout le monde, et surtout avant que ce soit toi, qui finisse en communauté aléatoire.

 

L.B.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.