J'ai détruit un nid !

j'ai détruit un nid, et cela me donne envie de pleurer.

Nettoyant la clôture de mon voisin envahie par toutes mes plantes grimpantes au point d'être au bord de s'effondrer, j'ai découvert un immonde bout de plastique entrelacé de bouts de ficelle en plastique aussi, et j'ai tiré dessus pour m'en débarrasser.

Ce n'est que lorsque un base en coupe, faites de fientes et de terre est tombée que j'ai compris : c'était un nid.

C'était trop tard ! Peut-être était-ce un nid d'une seule année ?

Ca me démolit d'avoir fait ça, et ça me démolit aussi de penser que les oiseaux, aboutissement d'une très longue évolution, chanteurs, acrobates, décorateurs , que j'aime tant observer avec joie,  assise tranquillement dans mon jardin  - que les oiseaux en sont là : dormir dans d'immondes bouts de plastiques en décomposition lente.

Je me sens toute décomposée aussi.

Je suis triste.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.