Melenchon et Bouygues

C'est dans l'ère du peuple

C'est là :

https://melenchon.fr/2019/04/29/martin-bouygues-minteresse/?fbclid=IwAR1dBK1EJ0ECJPtaLmdDrLwV3dIsFyXxGkwhrdOgmKDCqJciBu005OJAvJo

Alors, Bouygues serait devenu synonyme de qualité ?

Je suis restée sur une impression très ancienne de la laideur de tous ces pavillons qui envahissaient les banlieues de trop de villes françaises, dans le "style local", succédanés qui étaient pour moi un signal flagrant et exaspérant de la bêtise humaine. Nous les appelions Bouygues, mais peut-être à tord  (c'est vrai, parfois, je suis snobe).

J'ai vu ensuite (au fil de mon boulot de l'époque) des femmes abandonnées dans ce genre de  pavillons pas finis de payer... et c'était sordide. Des trucs mal isolés pour lesquels le fuel coulait à flot au début, puis faisait condamner les pièces petit à petit, pour s'assurer un peu de chaleur à la cuisine-séjour devenue trop grande. Et on n'avait pas trouvé la solution, ou les forces, pris dans la survie,  pour rendre cultivable la terre des fondations déversée dans le "jardin".

Loin de tout, mal (ou pas) desservis -une galère même pour aller prendre l'autobus. Le béton a mal vieilli, et c'est difficilement vendable à un prix suffisant pour : 1° finir de payer le crédit, 2° trouver un autre endroit où vivre, plus près d'un boulot ou d'une formation, alors qu'on a sombré dans les minima, ou la toute petite retraite.

Du coup, c'est un peu comme un cauchemar. Un peu comme un cauchemar Kafkaien.

(soulignons ici que je ne suis pas plus maline que ces "heureux accédants à la propriété" , puisque j'ai fini par vivre dans un HLM parfumé à longueur de journée par les gaz d'échappement de la circulation et du fonctionnement d'un garage... et que j'ai le sentiment de mourir empoisonnée à petit feu).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.