Est-ce qu'une maladie n'est fonction que d'un virus ?

supplément : où mon ébauche de théorie semble tomber à l'eau

J'ai toujours pensé (mais est-ce que je me trompe ?) qu'une maladie se développait particulièrement dans une population quand cette population était maltraitée, au prise avec la pauvreté et des comportements irrationnels, dans un état sanitaire déjà déplorable. Et j'ai tendance à penser que l'entassement des populations dans les grandes villes a peut-être dépassé le supportable. (on vient de se rendre compte que, dans Paris, beaucoup de gens sacrifient leur famille en mètres-carré et en polution pour ne pas avoir à prendre les trains de banlieue pour venir servir Paris et l'Etat, et les sièges sociaux des grrrrrandes entreprises*).

Et ne parlons pas (si, si) de l'entassement dans les banlieues proches de leurs serviteurs et de leur volant de chômage...

De là à faire porter la cause de la  maladie sur la responsabilité individuelle de chaque individu !!!

C'est pourtant ce qu'une jeune femme, genre écolo (de droite je suppose), m'a soutenu récemment ! Elle refusait de prendre aucune précaution parce que sa classe d'âge (la trentaine je pense) n'était pas concernée et que sa grand-mère était en parfaite santé, et que les gens à "co-morbidité" étaient responsables de leur état(!!!!????).

Vraiment, je voudrais bien qu'un débat s'ouvre là-dessus.

*(j'ai oublié les sacro-saintes boutiques et les cafés et les restaurants - mais c'est normal, car ils ne font pas partie de mon monde. j'ai été trop pauvre depuis trop longtemps).

SUPPLEMENT :

On nous apprend que dans les bidons villes de l'Inde, pratiquement personne n'est touché par la maladie du Covid. (journal tv 2).

Cela va très bien avec l'antienne de ma mère qui disait, quand nous nous trainions par terre, sable ou boue ou goudron, que "ça vaccine".

Peut-être que notre (enfin pas la mienne) , disons "votre" obsession de la propreté et votre isolement petit-bourgeois ou gros-bourgeois vous ont rendus plus vulnérables ? (je ne peux m'empêcher de penser au film de Tati avec cette maison ultra-moderne, c'était quoi le titre déjà ?). Une de mes voisines paysannes très intelligentes avait déjà remarqué ce phénomène : certains enfants pauvres rayonnent de bonne santé. (résumé : "il n'y a de la chance que pour la canaille" mais dit en souriant et sans trop y croire.

Il y a aussi malheureusement l'hypothèse de la sélection naturelle, mais ça j'aime pas du tout du tout.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.