Sans pitié !

Je pense à ces conversations de bistrot, ces patrons plein d'arrogance qui parlaient des chômeurs comme de sinistres assistés.

Et je me sens sans pitié. Ah vous pleurez pour des aides ? vous ne savez donc pas faire face à l'adversité ?

Je suis méchante - mais moi qui suis privée de terrasse depuis des années pour cause du prix du petit noir devenu inabordable, j'ai beaucoup de mal à les plaindre. Mais il faut que je me soigne. C'est pas bien de généraliser. Y en a surement des biens, des patrons de bar... tout plein...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.