EXASPEREE PAR LE TRAITEMENT STATISTIQUE (?) ET GEOGRAPHIQUE DU CORONAVIRUS

Voilà ce que dit Benoit Sazdoun sur le site de France-Info : 

" Il est difficile d'avoir des chiffres et des statistiques précis à l'échelle municipale, même pour des grandes villes comme Lyon, Marseille, Paris ou Toulouse. Dans ces métropoles, les hôpitaux prennent en charge, en outre, des patients venant d'autres communes du même département ou de la même région. Par conséquent, le nombre ou l'état de santé de ces malades renseignent certes sur la situation sanitaire d'une ville, mais aussi sur celle des villes environnantes. "

Ne demande-t-on pas l'adresse des malades ? n'est-elle pas écrite sur leur carte-santé ?

c'est quoi cet argument à la noix ?

Je pense surtout qu'il n'y a aucune culture de l'étude des maladies en fonction de la géographie. La chape de plomb qui règne sur ces données est sûrement (?) liée à une ignorance voulue : et si on découvrait le taux de cancer en fonction du lieu d'habitation  plus ou moins proche de facteurs de pollution qui seraient alors facilement repérables ?

(je découvre une étude : https://www.irdes.fr/documentation/syntheses/la-geographie-de-la-sante.pdf qui indique à la page 239 toute une série d'institution qui se chargeraient de ces données. Que font-elles en ce moment ? mystère et boule de gomme ! )

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.