MEDECINE (suite)

ce matin j'entends dans le poste, que la misère du nombre misérable de médecin touche aussi Paris.

Peu à peu, on s'aperçoit qu'il s'agit en fait de la banlieue, et qu'on a pas dit "Paris" mais "bassin Parisien".

Une journaliste arrive à glisser que même à Paris c'est pas si facile (!!!!?????)

La mauvaise foi des journalistes parisiens m'exaspère. Dans ma solitude, je deviens grossière, limite injuste, très grossière ou même raciste. Mais l'injure peut-elle être différente ? traiter de C., n'est-pas sexiste ? etc.  c'est pourquoi, alors que je lutte contre cette tendance, je m'explique que des gens qui sont moins prudents que moi se retrouvent à injurier "en vrai" les mêmes journalistes ou pire "éditorialistes" que nous subissons inexorablement, parce que nous n'avons même pas les moyens de leur échapper et que parfois, encore, "en partenariat avec le Figaro" (non mais je rêve !) ils arrivent à nous donner l'illusion d'être intelligent(e).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.