Quelle est la fonction de la religion ?

C'est une question que devraient se poser beaucoup de tenants de la laïcité, dont une bonne part qui en font une religion de cette laïcité, un dogme sur lequel il est interdit de réfléchir.

Pour avoir flirté avec l'idée de me rattacher à une religion pendant quelques années, je peux vous dire qu'à l'époque, j'étais au fond du trou. Les choix de vie que j'avais fait m'avaient coupée de tous les gens que j'avais cru un peu mes amis. J'étais mère célibataire, et très pauvre, vivant dans une maison que je n'arrivais pas à finir de retaper...

Mon idéal de vie communautaire, écologiste et égalitaire se heurtait aux post-soixantuitards dont les préoccupations s'étaient éloignées de mes idéaux :  au choix : drogues, familles à nourrir, désir de confort.... certains sont même devenus sympathisants socialistes... d'autres sont morts jeunes...

La religion, ça sert à ça, pour certains : ça sert à gérer l'irrationnel, ça sert à donner de l'espoir, ça peut donner du lien social.

J'ai mis un peu de temps à réaliser que peu de gens dans ce domaine peuvent être vraiment qualifiés de "croyants honnêtes", pratiquant l'idéal chrétien qu'ils prêchent.

Alors, je demande aux "laïcs" agressifs et méprisants ce qu'ils offrent, eux concrètement, à ceux qui ont besoin de tout ça parce qu'ils se retrouvent tout en bas de l'échelle sociale ou même qu'ils y grimpent avec beaucoup plus de difficultés que les enfants d'instits ou de bourges.

la folie, je crois, n'est pas une "maladie". C'est la conséquence d'un vécu familial et(ou) social et politique.

Pour avoir eu un père rendu fou par le bombardements de Caen, je peux dire cela en l'ayant vécu personnellement. Par moment il disjonctait et ne pouvait même plus respecter la contrainte des feux rouges. Il dérivait dans la toute puissance et c'était horrible à vivre pour ses proches. Un cauchemar dont on ne pouvait parler à personne et dont je ne veux (peux) pas ici donner la description.

Bref, c'est à partir de mon expérience personnelle que je pense que les gens qui se tournent vers la religion sont des gens qui souffrent et(ou) ont souffert et n'ont pas trouvé d'autre "solution" à cette souffrance.

Je pense aussi que reprendre la religion musulmane est pour beaucoup une façon de se revaloriser en revalorisant l'histoire de son peuple, ou de ce que l'on pense comme son peuple d'origine.

Au nom de quoi ces "laïcs" condamnent-ils les femmes voilées ?

Moi personnellement, je déteste les soutifs et je n'en porte plus depuis plus de 40 ans. Je pense que c'est un instrument de domination des mâles sur les femmes, en leur donnant honte de leurs formes "réelles" - comme toutes ces modes entravantes (chaussures hyperhautes... jupes hyperdroites...etc... Et bien, je ne penserai jamais qu'il faudrait une loi pour les interdire à "ces pauvres êtres dominés et irrationnels que sont les femmes occidentales".

Voilà : vous n'êtes pas laïcs : vous êtes intolérants. Moi je constate avec bonheur que des femmes voilées se baladent avec des cartables, des classeurs et des cahiers, et sont de plus en plus nombreuses à faire des études supérieures. Ca, ça me parait être la bonne voie.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.